« Les héritiers » #1 « La princesse de papier » de Erin Watt

les-heritiers-01

Résumé :
UNE NOUVELLE VIE.
POUR LE MEILLEUR OU POUR LE PIRE ?
​Ella Harper est une battante, une éternelle optimiste. Elle a passé sa vie à déménager de ville en ville pour suivre sa mère, à avoir des fins de mois difficiles et à penser qu’un jour elles allaient s’en sortir. Mais quand sa mère meurt, elle se retrouve seule au monde…
Jusqu’au jour où Callum Royal apparaît dans sa vie. Finis la galère et le club de strip-tease pour payer ses études.La voilà dans le grandiose manoir des Royal. De l’argent, du luxe du confort…
Et… les cinq fils de Callum.
Tous la détestent, tous sont désespérément attirants. Le plus charismatique d’entre eux, Reed Royal, est celui qui est le plus déterminé à la renvoyer là où il pense qu’est sa place, dans un monde de dénuement qu’elle n’aurait jamais dû quitter. Il ne veut pas d’elle dans sa vie. Il ne veut pas lui faire une place dans le petit monde huppé des Royal.
Et s’il avait raison ?
Argent, excès, tromperies, faux-semblants. Tout un univers qu’Ella découvre avec stupeur. Si elle veut survivre dans le royaume des Royal, il va falloir qu’elle apprenne à édicter ses propres règles royales.

 ★ Merci aux Editions Hugo Roman pour ce SP ★
Lecture au format broché

☆ AVIS DE BELI ☆

Une des sorties 2018 que j’attendais le plus, j’étais très curieuse de découvrir cette série dont j’ai grandement entendu parler. Erin Watt sont deux auteures que vous avez peut être déjà eu l’occasion de lire : Elle Kennedy & Jen Frederick, de mon côté je n’ai lu qu’Elle Kennedy. Elles allient leurs plumes afin de nous offrir une série autour de la famille Royal. Les protagonistes sont au lycée, ce qui classerait ce roman dans un genre Young-Adult, mais il porte aussi bien les ingrédients liés à un très bon New-Adult.

Quand j’ai commencé ce premier tome, je ne savais pas trop à quoi m’attendre, j’avais lu le résumé certes mais je ne m’étais pas fait d’idées sur le contenu et je me suis lancée. Dès le départ, j’ai d’abord apprécié cette jeune héroïne : Ella Harper a dix-sept ans et nous découvrons tout de suite quelles sont ses conditions de vie, elle est livrée à elle-même, prétextant vivant avec sa mère alors que celle-ci est décédée et trompe son employeur sur son âge pour pouvoir bosser dans sa boite de strip-tease. C’est alors qu’arrive dans sa vie Callum Royal et elle va alors prendre connaissance de l’identité de son père dont elle ne connaissait rien jusque là. Callum est son tuteur et il compte bien la sortir de la vie qu’elle mène pour lui offrir tout ce dont elle aura besoin pour vivre, malgré sa désapprobation. Ella arrive, contrainte et forcée dans la famille Royal, où les cinq fils sont loin de lui réserver un accueil très chaleureux, ce qui l’encourage encore plus à vouloir s’enfuir dès qu’elle le pourra.

Ella est une jeune femme déterminée, son passé fait d’elle que l’on se l’imagine bien différente de ce qu’elle est, plus dévergondée et expérimentée mais elle en joue un peu pour se défendre face aux attaques. Elle est combattive, et a l’habitude de s’occuper d’elle, seule alors ce ne sont pas quelques gosses de riches qui ne connaissent rien à la vie qui l’effraient. Elle se cache derrière bien des façades et des faux semblants, de ceux qu’il est facile de s’imaginer avec son passé. Cela ne fait pas d’elle une jeune femme trop sur d’elle, on la voit évoluer au fil des pages, se rendre compte de la chance qu’elle a d’avoir cette famille et cette maison pour l’aider à atteindre ses objectifs. Elle est suffisamment intelligente pour saisir cette chance supplémentaire pour s’assurer un avenir correct. Si les garçons la prennent en grippe dès le départ, elle a alors le droit à toutes sortes de remarques et de gestes sexistes, elle se sent prête à les affronter, elle a vécu suffisamment de choses pour les contrer.

Les frères Royal, parlons-en, d’après leurs descriptions, ils sont tout à fait affriolants et attirants. Les plus jeunes sont les jumeaux, âgés de seize ans, deux bout en trains qui profitent de tous les avantages de leur jumeleté. Suivent Easton et Reed : les deux frères qui nous sont le plus dévoilés dans ce tome. Easton se veut être un bel enfoiré au départ, mais c’est celui qui osera le plus avec Ella et qui va vite s’en rapprocher mais Reed rôde. Reed, c’est le frère qui mène le jeu, ils le suivent dès qu’il décide de quelque chose. Il est très observateur et c’est aussi celui qui ne laisse pas insensible Ella, il la déstabilise complètement. Les Royal font un peu la loi et s’ils décident qu’Ella mérite d’être mal aimée au lycée, elle le sera, ce sont un peu cinq sales gosses pourris gâtés. Découvrir quelles sont leurs personnalités est assez intéressante, peu de choses nous sont dévoilées sur eux et ce pourquoi ils ne s’entendent pas avec leur père, ou encore pourquoi ils agissent ainsi ? Cela laisse un voile de mystère autour d’eux, ils sont très liés les uns aux autres, très solidaires mais l’on sent bien que le jour où ils pourront partir à l’université, cela sera une vraie délivrance pour eux. Gidéon c’est le cinquième, le plus âgé, il est étudiant et revient les week-ends, si l’ensemble des frères restent bien mystérieux c’est bien lui qui l’est le plus. Tout ceci laisse un voile de mystère sur cette famille, sur ce qu’ils ont vécu et pourquoi sont-ils ainsi ?

Nous sommes encrés dans leur quotidien, quotidien qui doit tenir compte de cette nouvelle venue : une fille qui plus est, dans un clan de mecs. Elle est l’intrus à abattre, celle qui comme toutes les femmes souhaitent profiter de la richesse de leur père, ils ont une piètre opinion d’elle, la jugeant avant même de la connaitre. Le battage à froid change au fil des pages et ces charmants jeunes hommes vont nous révéler quelques côtés positifs à leurs attitudes incorrectes. Quand à elle, elle va s’avérer combattive et elle va réussir à les apprivoiser avec le temps, jusqu’à ce que leurs comportements évoluent pour qu’elle trouve sa place au sein de cette famille atypique. Ce quotidien au sein même de cette famille est aussi encré dans leur vie de lycéens, l’arrivée d’Ella créé quelques remous, les instincts un peu primitifs des adolescents nous apparaissent alors. Ajoutez à cela une bonne dose d’enfants pourris gâtés qui ont tout ce qu’ils veulent et vous obtiendrez bien des comportements qui vont au delà de l’acceptable. Jalousie, attirances, sexe, convoitise, vengeance, manipulations, rien ne sera épargnés dans ce monde de l’élite dans lequel Ella est propulsée.

Pour conclure, j’ai adoré l’histoire, le contexte, les personnages, ce n’est pas un coup de coeur mais pas loin, il a répondu à mes attentes et au delà même quand j’ai ouvert ce roman. Dès les premières lignes, je savais qu’il allait me plaire, j’ai aimé le ton du récit et l’importance donnée à chacun des personnages qui vont nous être révélés un peu plus au fils des tomes suivants. Le récit de ce premier tome est porté par une héroïne à laquelle la lectrice aimera s’identifier, une battante qui n’a pas froid aux yeux et qui se retrouve confronter à cinq jeunes hommes qui ne sont pas en reste pour la contrer. Ce que j’ai hâte de lire les suites, c’est une série qui comprend déjà six livres, les premiers traitant de Ella et Reed surtout. Mais après les autres frères sont aussi évoqués plus profondément et je suis curieuse de continuer à découvrir cette histoire.

Deux plumes d’auteures qui s’allient à merveille pour nous offrir un premier tome tout à fait prometteur et très addictif. Je m’y suis bien plue, je l’ai dévoré, c’est un beau pavé qui se lit avec beaucoup d’aisance. La lecture s’effectue avec beaucoup de fluidité et c’est un plaisir que de lire Ella qui évolue dans un monde qu’elle ne connait pas. Les auteures nous offrent de la sensualité lié au très fort impact sexuel qui anime les personnages, les mettant sur le qui vive à de multiples reprises. Les secrets permettent de mettre en place un certain nombre d’intrigues sur le comportement de ces jeunes hommes, qui semblent bien plus touchés que l’on ne le croit par des moments de leur passé qui ne nous sont pas encore dévoilés. Un premier très prometteur !

« Les héritiers » #1 « La princesse de papier » de Erin Watt
Editions Hugo Roman, collection New Romance le 04/01/2018 : 471 pages

NOTE : 5/5

(Chronique du 02/01/2018)


Série Les héritiers (6 livres) : 
Tome 1 : La princesse de papier (04/01/2018) (poche 03/01/2019)
Tome 2 : Le prince brisé (01/02/2018) (poche 14/02/2019)
Tome 3 : La prison dorée (01/03/2018) (poche 14/03/2019)
Tome 4 : Le prince déchu (05/04/2018) (poche 11/04/2019)
Tome 5 : Le royaume en danger (03/05/2018)

Titre original : The Royals


les-heritiers-01_poche

★ Merci aux Editions Hugo Roman pour ce SP ★
Lecture en format poche

  AVIS DE PANDO 

En commençant à lire ce livre, je ne m’attendais pas à être aussi bouleversée et choquée par la fin de ce premier tome. Si le résumé annonçait quelques difficultés, je ne me doutais pas que ce serait bien plus dur et bien plus touchant.

Dans ce premier tome nous allons faire la connaissance de plusieurs personnages, personnages qui auront une place importante dans l’histoire et ce tout au long de celle-ci. Mais c’est plus précisément avec Ella, une héroïne qui au premier abord parait froide et difficile à cerner, c’est une fois bien en phase avec elle et avec l’histoire qu’elle vous touche profondément et on ne peut plus, on ne veut plus la quitter. Ella m’a fait passer beaucoup d’émotions, ressentir des choses auxquelles je ne m’attendais pas, que je n’ai pas vu venir, cette fille est un roc, prête à tous les sacrifices pour ceux qu’elle aime mais aussi pour se sortir des difficultés que lui ont fait subir la vie. C’est seule et déterminée qu’elle s’en est toujours sortie et l’arrivée de Calum Royal et de ses fils dans son monde va venir tout remettre en question, tout bouleverser.

Ella va devoir après l’arrivée de son tuteur, se faire à la vie luxueuse qui l’attend, que va lui offrir Calum, le meilleur ami de son père. Un homme qu’elle ne connait que de nom, elle ne l’a jamais vu, seuls les quelques brides que sa mère a bien voulu lui apporter, lui ont permis de croire Calum Royal quand il l’a retrouvée et lui a avoué qui il était et ce qu’il attendait d’elle. Dans ce premier tome, Ella va devoir faire face à beaucoup de bouleversements et surtout le plus difficile : faire face aux cinq fils de Calum, cinq jeunes hommes aussi agréables à regarder que détestables à côtoyer. Notre héroïne va vite se rendre compte que derrière la méchanceté et la cruauté de ses nouveaux « frères », se cachent des blessures et une méfiance face à elle que l’on peut aisément identifier, cependant la manière dont ils vont la traiter m’a laissée plus d’une fois dans un sentiment de malaise difficile à contrôler et parfois difficile à comprendre.

Entre Ella et Reed, un des fils Royal, le meneur de la famille, on sent rapidement une attirance puissante, dévastatrice, on voit bien qu’entre eux, tout n’est pas que pure méchanceté. Il leur faudra pourtant du temps avant de pouvoir enterrer la hache de guerre et se faire confiance et il en faudra encore plus pour qu’ils se sentent complètement à l’aise l’un près de l’autre, qu’ils se confient et qu’ils se laissent aller pleinement à leurs pulsions. Entre eux, tout reste malgré tout fragile, Reed ne cesse de  brasser le chaud et le froid, déstabilisant Ella à de nombreuses reprises ainsi que nous lecteurs.

J’ai vraiment beaucoup aimé lire ce livre, impossible de le lâcher, c’est super addictif et terriblement déstabilisant, me laissant régulièrement bouche bée. Je n’ai pas réussi à savoir si ce livre m’a troublée à cause des évènements qui se passent ou à cause de la personnalité des personnages. Personnages qui ont tous un rôle très important, une manière d’être bien à eux, qui pour chacun apporte leurs lots de moments aussi troublants que dérangeants tout au long de la lecture mais aussi une dose non négligeable d’amusant.

La princesse de papier est une lecture à la fois bouleversante et terriblement touchante, j’ai été surprise par le comportement de certains personnages, voir choquée. J’ai eu envie de pleurer de frustration et de dégout par certaines scènes mais je me suis aussi amusée face à d’autres situations. C’est anesthésiée que j’ai terminé ma lecture, troublée et anéantie et il me tarde vraiment de lire la suite et de comprendre comment tout ceci a pu arriver. Mais surtout, j’ai besoin de réponses et il va en falloir beaucoup pour que je me remette de cet acte, n’étant malgré l’envie de replonger dedans, pas prête à subir de nouvelles frustrations, de nouveaux mensonges et de nouvelles trahisons.

En bref, une lecture qui choque, qui bouleverse mais qui donne aussi espoir face à autant de désillusions.

« Les Héritiers » le  tome 1 « La princesse de papier » de Erin Watt
Editions Hugo Roman, New Romance Poche le 03/01/2019 : 400 pages

NOTE : 4,5/5

(Chronique du 03/01/2019)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>