« Pure corruption » #1 « Vice et vertu » de Pepper Winters

pure-corruption-01-vice-et-vertu

Résumé :
Là où les plaisirs sont interdits…
Arthur Kilian est le président du gang Pure Corruption. Détruit après la mort de Cleo, son amour d’enfance, il ne vit que pour prendre sa revanche sur ceux qui lui font du tort. Mais, une nuit, tout bascule lorsqu’il plonge son regard dans les yeux verts d’une jeune femme amnésique, captive de son gang, lui rappelant étrangement Cleo. Tous deux sentent dès lors une connexion aussi intense qu’inexplicable. Ne sachant plus qui elle est, la jeune femme désire avant tout connaître la vérité sur son passé. Elle devra alors se tourner vers Kill, le seul homme qui pourrait aussi s’avérer être son pire ennemi…

 ★ Merci aux Editions Milady pour ce SP ★

☆ AVIS DE BELI ☆

Les débuts de ce roman m’ont laissé un peu perplexe, tout simplement car je n’arrivais pas à me positionner, ne sachant pas trop quoi en penser. Il m’a fallu un peu de temps pour m’y sentir « bien » et pouvoir ainsi prendre plaisir à découvrir cette histoire. Je ne serai pas trop vous dire pourquoi j’ai mis du temps à l’apprécier. Peut être est-ce justement ce « no man land » dans lequel les personnages gravitent et plus particulièrement cette héroïne qui subit tant de pression et ce sans avoir la possibilité de se rappeler qui elle est et d’où elle vient. De ce côté-là, je dirai que Pepper Winters a su recréer cette atmosphère de pesanteur et de mal être qu’éprouve son héroïne puisque c’est aussi ce que j’ai pu ressentir.

C’est au fil des pages et des souvenirs qui refont surface que l’héroïne de ce roman va se rappeler qui elle est. Nous, lecteur découvrons comme elle : qui elle est, ce qu’elle a vécu et c’est bien complexe de découvrir qu’au delà de se rappeler qui elle était au moment de son enlèvement, ce sont de plus lointains souvenirs qui refont surface et la rattache indéniablement à ce personnage qui est maitre de son destin et décisionnaire de son avenir : Kill, le Pres’ des Pure Corruptions, un club de bikers. Il est difficile de conter le récit sans spoiler, puisque tout se joue sur les réminiscences de ce passé qui vont nous dévoiler qui sont ces deux personnages.

La jeune femme débute cette histoire, en bien mauvaise posture : elle vient d’être kidnappée et livrée à des hommes sans scrupules. Elle semble complètement perdue car elle ne souvient de rien : ni ce qu’elle a vécu à l’instant, ni de son passé proche comme lointain. Le vide totale, une situation déstabilisante qui va changer quand elle croisera le regard vert de son ravisseur, elle ressent à ce moment-là un très fort sentiment qui lui apporte une étincelle d’espoir d’obtenir des réponses à ses questions. Il la connait et lui seul va pouvoir répondre à ses attentes, mais elle est destinée à être vendue comme une simple marchandise et elle va tout faire pour le faire parler avant que l’on se débarrasse d’elle tout simplement. Lui, c’est Kill, le Prés’ d’un club de bikers, et on ressent de suite son mal être : entre colère et désespoir, il semble complètement paumé face à l’apparition de cette jeune femme rousse, aux yeux vers dont le corps recèle de nombreuses caractéristiques physiques détenant bien des secrets. Elle va l’ébranler plus que de raisons et entre eux, il se passe quelque chose que nous comprendrons au fil des pages qui défilent. Nous avons là deux personnages encrés dans un présent qui semble être irréel et dont ils ne contrôlent aucun instant, comme si tout dépendait d’une volonté qui n’est pas la leur.

Ce sont deux personnages que nous découvrons de différentes façons : à leurs débuts, alors qu’ils étaient tous deux innocents, inconscients, amoureux et plein de promesses et de projets. Les découvrir dans leur passé, nous permet de bien nous encrer dans leur histoire et de comprendre ce qui les a unit. Les découvrir aujourd’hui, tous deux perdus : lui dans la vengeance, elle dans la recherche de son identité, nous plonge alors dans leur monde, celui des bikers. L’illégalité, le pouvoir, le danger sont alors ce qu’ils vont devoir affronter alors qu’ils se retrouvent enfin après tant d’années sans espoir d’être ensemble de nouveau. Pepper Winters a construit son roman de façon à passer de l’un à l’autre, du présent aux passés, nous apportant des bribes d’informations parsemées dans le texte au grès des souvenirs ou des révélations pour que tout se remette en place. Malgré toutes ces découvertes, on notera toutefois que Kill a toujours avoué lui cacher des choses, qu’elle n’était pas prête à entendre et que cela risquerait de parasiter ses propres souvenirs de son passé. Sa position délicate le met en danger, vis à vis d’elle et des sentiments qu’ils éprouvent l’un pour l’autre, leur relation est plus que jamais en péril.

Lorsque l’on commence une série de bikers, il est assez récurant de faire connaissance avec tout le club, nous rappelant ainsi qu’ils forment tous une famille. Les liens qui les unissent font d’eux qu’ils puissent perdurer et combattre ceux qui tentent de les détruire. Ici, l’ambiance n’est pas la même : d’abord nous sommes très concentrés sur les deux personnages principaux, autour de leur couple qui reste l’élément central de cette histoire. Nous découvrons quelques membres du club, oui mais peu d’eux, juste leur présence sans que l’on sache réellement ce qu’ils sont. C’est un point de vue particulier mais intéressant, car huit ans après le drame qui les a séparé, Kill est sur le point de se venger enfin et c’est cela et uniquement cela qui l’a tenu en vie jusque là. Le club n’est pas sa raison de vivre, comme il se devrait, c’est différent des autres histoires de bikers, il suit un destin écrit et contrôlé par un autre et cela ajoute une part de mystère avec tout ce qu’il a accompli durant ces longues années. Son intelligence et ses facilités lui ont permis de connaitre sa bien aimée quand ils étaient jeunes et aujourd’hui, cela va lui permettre de la venger. Il a une vie prospère, vie qu’il a offerte aux autres membres du club car il a su mener les chiffres dans son sens, et nous découvrons ainsi une particularité qui diffère un peu de l’univers des bikers que l’on connait.

Ce roman, c’est leur histoire à tous deux : les passés, le présent, eux deux ensemble, séparément, en tant que telle ou telle personne. C’est aussi les revendications des uns et des autres, leurs aspirations, leurs projets qui soient du côté du mal ou du bien. Ce sont aussi des sacrifices, des obligations, des actes cruels que l’on vous force à exécuter sous la menace…. bien des choses se sont passées durant toutes ces années et les découvrir est assez passionnant. Tout ce qui se déroule, se passe sur du long terme, rien n’est gratuit et tout est programmé. Pepper Winters nous offre un condensé d’informations qui mises bout à bout nous conte une histoire : l’histoire d’un couple qui a été manipulé et c’est captivant de les accompagner tous deux, chacun pour savoir ce qu’il en est véritablement de ce qui s’est passé pour qu’ils finissent ainsi. Certains actes sont dictés et il ne peut en être autrement, ils ne sont pas maitres de ce qu’il pourrait arriver et même s’il n’est pas réellement dit tout haut, la menace rode autour d’eux, surtout depuis qu’elle est revenue !

Si j’ai eu du mal à me mettre dedans au départ, ce fut pour finir par littéralement plonger dans le récit ensuite, je n’avais qu’une envie : tout découvrir. Mais aussi apprendre à mieux connaitre ces deux personnages, Kill montre de lui une image bien loin de ce qu’il était avant et elle, ayant perdu toute l’innocence qui caractérisait son personnage d’antan, n’est plus la jeune fille qu’elle était, à la limite de l’enfance. Impossible alors de lâcher la lecture de ce roman. J’ai été complètement happée par cette histoire et Pepper Winters a cette facilité à nous capturer en nous proposant de découvrir graduellement son intrigue, qui s’enchevêtre ici à travers le présent, et plusieurs passés qui s’affrontent pour mieux nous permettre de connaitre les personnages. Nous courons tout du long après la vérité, les preuves, les souvenirs qui pourraient faire la différence. D’un côté, un personnage qui connait toute l’histoire de leur passé commun mais souhaite qu’elle se rappelle seule. De l’autre côté, une jeune femme perdue dans ses bribes de souvenirs, qui s’emmêlent et qu’il faut savoir interpréter de la bonne manière.

C’est un premier tome assez conséquent, plus de six-cent pages : au début j’ai eu peur, mais très vite je ne les ai plus vu défiler tellement j’étais encrée dans l’histoire. Il me tarde de lire la suite, car les deux personnages se retrouvent en fâcheuse posture et tous les secrets n’ont pas été dévoilés. Pepper Winters nous offre une histoire assez additive, qui dans l’enchevêtrement des révélations vous pousse à vouloir toujours en savoir plus, encore et encore. Ce qui lit les personnages, ce qui ne fait aucun doute, c’est l’amour qui les unit et aussi la confiance malgré de nombreux actes et doutes passés qui risquent de les mettre en péril. J’ai hâte de découvrir ce que le second tome nous réserve, voir un peu comment ils vont réussir à vivre ensemble, malgré tout cet environnement malsain.

« Pure corruption » #1 « Vice et vertu » de Pepper Winters
Editions Milady le 23/01/2019 : 633 pages

NOTE : 4,5/5


Série Pure Corruption (Deux livres) : 
Tome 1 : Vice et vertu (23/01/2019)
Tome 2 : Crime et expiation (20/02/2019)

Titre originale : Pure Corruption MC

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>