Interview de Laëtitia Mariller & Amélie Divil

ITW-three-sisters


Je ne résiste pas à l’appel de l’Ecosse et quand Laëtitia Mariller m’a proposé de lire son roman qui s’y passe, je n’ai pas hésité. Son tome est le tome 2 d’une série, écrite conjointement avec Amélie Divil qui a écrit le premier tome, il me fallait donc lire le premier d’abord.

Cette série s’intitule Three Sisters, elle nous conte l’histoire de trois jeunes femmes qui vont se connaitre à travers leur passion de l’Ecosse. Elles s’y rendront ensemble et c’est ainsi que commencera leur histoire commune dans ce pays merveilleux.
Le tome 1 intitulé Le gardien des lochs est écrit par Amélie Divil, et le tome 2 Sur la route des légendes est écrit par Laëtitia Mariller.

Retrouvez mes chroniques des deux premiers tomes de la série en bas de l’article


INTERVIEW DE LAËTITIA MARILLER & AMÉLIE DIVIL

C’est quand j’ai lu le premier tome que je me suis demandée de quelle façon les deux auteures ont eu l’idée d’écrire conjointement, mais un tome chacune en alternance. J’imagine bien que cela a nécessité une préparation particulière.

Beli :
Laëtitia & Amélie, pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?

Laëtitia :
▪ Laëtitia 44 ans ! Autant dire 45… non ! Je plaisante. Je suis Lyonnaise d’origine Bretonne (25% mais qui compte beaucoup pour moi), je suis maman de deux grands gaillards et avec le même homme (qui porte le kilt à l’occasion et ce depuis 25 ans) depuis 27 ans. Je travaille à domicile après 15 années dans de grandes enseignes où j’ai eu la chance de faire la voix off société dans plus d’une en plus de mon job initial. Ce qui compte le plus pour moi ce sont mes enfants, au risque de me perdre moi-même. Écrire m’a redonné une identité, je crois. Sinon je chante (dans ma salle de bain mais j’adore ça), j’écris (sans arrêt depuis plus d’un an maintenant), ma famille reste ma priorité et j’ai découvert que j’adore faire des montages photos/vidéos pour donner corps à mes écrits, une nouvelle passion donc.

Amélie :
▪ Salut ! Eh bien moi c’est Amélie et j’ai 25 ans depuis 15 ans. Je suis originaire d’Alsace et je vis maintenant en la région Parisienne où je travaille à domicile. J’ai fait des études agricoles (tiens tiens ça me rappelle quelqu’un …) et j’ai une grande passion pour les chevaux (à l’époque je m’étais spécialisée dans ce domaine). J’aime lire, peindre à l’occasion, faire de la photo et surtout… l’Écosse !

Beli : 
Comment vous êtes-vous connues ? Et comment avez-vous pris la décision de vous lancer dans l’aventure de l’écriture ensemble ? 

Laëtitia :
▪ C’est la base de notre histoire, nous avons fait connaissance toutes les deux sur un groupe autour de l’Écosse. Nos goûts pour la lecture et de nombreuses discussions et nous en sommes là. Écrire n’était pas un projet. Je dirais que c’était quelque chose qui sommeillait en moi, depuis longtemps et que des personnes qui sont passées dans ma vie, ont éveillé.

Amélie :
▪ …La réponse ne va pas être très originale ! On s’est connues… sur un groupe qui parle d’Écosse, on parlait de nos lectures sur ce thème, et finalement on a rapidement opté pour les messages privés pour papoter. Il se trouve que l’on fait le même métier ! Ce qui nous faisait un point commun en plus. Pour l’écriture, ce n’était pas vraiment un projet au début.

ecosse

Beli : 
Il me semble que ce sont là vos premiers romans ? N’avez-vous pas eu peur de vous lancer toutes deux alors qu’aucune de vous n’avez de l’expérience dans ce milieu ?

Laëtitia :
▪ Mon précieux ! Oui un premier, j’ai souvent griffonné mes dernières pages de cahier en cours (je détestais l’école) mais il ne s’agissait que de mots et dessins d’ado. Notre concept avait cette particularité qu’aucune maison d’édition n’aurait probablement tenté le coup. On a hésité, on a douté, parfois on a remonté le moral de l’autre. L’auto édition offre bien des avantages, c’est un univers à part entière ! Mais c’est aussi beaucoup de travail car vous êtes « votre maison d’édition » et devez porter toutes les casquettes ! Amélie a été mon google perso parce que souvent je comprends vite mais il faut m’expliquer longtemps (feu follet ! Et n’oublions pas que mon autre travail me prend 55 heures/ par semaine et que je fais le reste la nuit) lol.
▪ Nous avons tenté et maintenant on verra si nos histoires trouvent leur lectorat.

Amélie :
▪ …Oui et non pour ma part… l’auto-édition facilite beaucoup les choses et surtout, vous n’engagez pas d’argent ou très peu. Si cela ne fonctionne finalement pas, il n’y a que l’amour-propre qui en prend un coup. Et puis chacune de nous, échangeons depuis longtemps déjà avec des autrices. Sans le vouloir, on savait déjà comment procéder dans les grandes lignes. Il suffisait de se renseigner après sur le net ! On trouve toutes les infos. Toutefois, il n’était pas question de faire ça à la légère.

Beli :
Comment est née cette idée d’écriture sur une série autour de l’Ecosse ?

Laëtitia :
▪ Nous avons été trois, mais l’une de nous ne souhaitait pas écrire. On a donc continué cette aventure à deux mais en conservant le personnage d’Anna qui avait été « imaginé » par cette autre. Amélie voulait se concentrer sur Victoria, j’ai donc adopté Anna parce que je voulais qu’elle reste présente. La version courte ? Tout est parti d’un rêve, une scène (cocasse) et tout est parti en vrille !

Amélie :
▪ … C’était plutôt de la rigolade. On s’imaginait même écrire des romans sur mesures pour les lecteurs. Un thème, un contexte, des noms et Hop ! On se charge de monter une histoire. C’est ce que l’on avait commencé à faire pour nous. Évidemment le thème de l’Écosse était tout trouvé ! Nous avons écrit quelques chapitres qu’on s’échangeait, et de fil en aiguille…Une première histoire est née.
▪ Puis Laetitia a réussi à greffer la sienne à ce que j’avais commencé à faire, de là sont nés les deux premiers tomes.

Beli :
La particularité de votre collaboration, c’est que vous écrivez chacune un tome, en alternance. Avez-vous conçu la trame principale de la série dans sa totalité à l’avance ? Ou alors s’impose-t-elle au fil de l’écriture des tomes ?

Laëtitia :
▪ La trame s’est posée d’elle-même : Écosse, trois copines trentenaires (soyons lucide la ménagère de 40 ans ne fait rêver personne hihihi) et de la romance. On a commencé et puis de mon côté j’avais 200 pages de romance un tout petit peu magique et des personnages qui me demandaient de raconter leur histoire. Je me suis demandée si je ne virais pas folle. Alors j’en ai enfin parlé à Amélie qui a été soulagée car elle avait fait pareil de son côté ! La chronologie était posée, Victoria ouvrait la danse de par le parcours des filles, j’ai donc attendu qu’elle termine et j’ai articulé et enrichi mon propre récit pour que tout corrobore au mieux. En fait, on laisse nos imaginaires faire et ensuite on arrange pour que le tout reste cohérent et surtout pour garder le caractère de chaque personnage.

Amélie :
▪ …Holala pas du tout. J’ai d’abord fini le tome 1, puis Laet a pris le relais en s’adaptant avec brio à mon histoire, puis a intégré la sienne. Mon personnage principal étant séparé des deux autres pendant un moment de l’histoire, cela lui laissait le champ libre pour sa propre intrigue. Quand j’ai eu fini de lire son tome (le 2eme donc) , j’ai créé la suite des aventures de Victoria, tout en incluant ce que Shannon et Anna avaient vécu. Et Laetitia a fait pareil. Nos histoires sont indépendantes tout en étant un tout.

Beli :
Comment avez-vous choisi d’écrire plus sur un personnage qu’un autre ?

Laëtitia :
▪ « Au commencement étaient » des micro chapitres (MDR pardon !), rencontre de trois copines, week-end pour se voir en vrai et puis pour moi le personnage ne me correspondait plus, ce n’était pas moi mais Shannon et elle voulait exister. Anna est née de l’autre nana de la bande, j’essaie de garder la base, mais inéluctablement le personnage évolue sous mes coups de crayon et selon l’avancée des histoires.

Amélie :
▪ …Au début nous étions trois, mais notre troisième larron n’a pas souhaité se lancer (dommage car elle a une plume terrible ! ) Mais elle a beaucoup participé au personnage d’Anna. Donc chacune avait « son » personnage. Laet : Shannon, notre amie commune : Anna, et moi : Victoria.

Beli :
Ces personnages, parlons-en un peu. Elles sont trois jeunes femmes, pouvez-vous nous les présenter ?

montage-3filles

Laëtitia :
▪ Shannon est mon perso principal, il est possible qu’elle me ressemble, possible aussi que certains évènements soient du vécu mais je n’en dirais pas plus. Elle a quelque chose de fragile, c’est une sensible mais elle se montrera beaucoup plus solide qu’on peut l’imaginer. Je les aime tous !!!
▪ Anna et Lachlan ont été pensés par notre comparse, la scène de leur rencontre est des plus originale et lui ai imputable, je fais mon maximum pour leur donner les traits de caractère souhaités par elle, mais forcément je me les suis appropriés car leurs histoires ne pouvaient se limiter à une scène dans le récit.
▪ Il y aussi Nona et Sébastien que j’aime énormément, qui sont nés de l’imaginaire d’Amélie et que j’ai eu le privilège de développer avec accord de leur maman (lol).
▪ Victoria ? Je laisse Amélie vous en parler !

Amélie :
▪ Victoria me ressemble forcément un peu ( on parle mieux de ce que l’on connaît bien). Elle a mon caractère, je pense. Elle est douce, gentille ( j’adore me faire des compliments ^^ ) , elle est pragmatique et réfléchie. Septique aussi ! Il lui faut du concret, de vraies preuves pour enfin croire aux choses, aux gens. Méfiante aussi. Un peu naïve par moment.
▪ Anna, c’est la fille pétillante, qui déborde d’énergie et de lumière. Elle vit les choses à 100%. C’est une fille spontanée avec un bagout terrible. Sous ses airs de rigolote, elle est passionnée et forte.
▪ Shannon, elle est drôle, emphatique, elle ressent les choses plus que tout le monde. C’est elle qui vit le plus les émotions. Elle aime « soigner » les gens. Si quelque chose ne va pas, elle ne va pas bien non plus. C’est le personnage mystique du groupe.

Beli :
Est-ce que vous vous êtes inspirées de votre collaboration pour écrire vos personnages féminins ? J’évoque ainsi le lien qui vous unit et qui pourrait peut être se retrouver en elles ?

Laëtitia :
Oup’s réponse anticipée au-dessus !

Amélie :
…AH ! Du coup je pense avoir répondu plus haut. Avec Laet, on s’est déjà rencontrées deux fois. La relation des filles ressemble à celle que l’on a en vrai.

Beli :
Du côté des hommes, vous nous gâtez avec de vrais Ecossais qui portent le kilt avec goût ! Que pouvez-vous nous dire d’eux ?

Laëtitia :
▪ Comme la ménagère de 40 ans (et j’en suis une !) l’homme des cavernes mal habillé ne fait pas rêver, si ? Quand on ouvre un livre comme dirait « Ines » on a tous envie que « Kevin nous mette des paillettes dans la vie » ! Ahahahaha. Amélie ne me contredira pas, il n’est rien de plus attractif que le kilt ! Messieurs même bedonnant le kilt confère une virilité indéniable, testez-le sur vos chères et tendres, il y a fort à parier que vous nous remerciez plus tard !
Que dire d’eux ? ils sont sexy ! lol
▪ Lachlan le châtelain.
▪ Scott le mystérieux, Liam le… nan chut.
▪ Et puis il y a Leith et Sean, inséparables, écossais. Le second n’a jamais ou presque quitté son lieu de vie, pour des raisons énigmatiques. Mais il aime l’Écosse, et n’a jamais été désireux de voir autre chose, enfin c’est ce qu’il pensait. C’est un grand costaud tout doux, genre armoire à glace bisounours. Leith est le tombeur, mais gentil, il tombe amoureux de toutes les filles qu’il croise. Ça cache peut-être quelque chose. Tous deux portent le kilt par fierté de leur histoire et pour le tourisme hihihi.
▪ Et Sébastien, l’ami, l’amour… je n’en dis pas plus. Si si Mesdames ! On parle bien de… non pas un ou deux beaux Highlanders à tomber à la renverse mais bien de sept beaux gosses, Écossais ou français très différents et pas tous gentils qui vous feront transpirer de bien des manières !

Amélie :
▪ …Ok ça fait très cliché… mais franchement, un homme en kilt… c’est le summum de la virilité (pour nous en tout cas), ils devaient le porter !
▪ Lachlan, c’est l’écossais pur souche, propriétaire d’un château et de terres. Il a grandi dans les valeurs écossaises. Il est plutôt distingué, a un savoir-vivre plus élaboré. Il a le sens de l’honneur. Son rang en fait quelqu’un d’important. Pourtant, il reste cool et passionné. Le trait est à peine forcé, il existe encore de tels hommes en Écosse.
▪ Scott est l’Écossais du cru, qui a un temps voyagé, mais qui retrouve ses racines. C’est un personnage un peu égratigné. Il rejette ce qu’il est, mais il a tout de même des valeurs, et s’efforce d’être celui qu’il doit être.
▪ Liam est un écorché. Je n’en dirais pas plus pour ne pas spoiler la suite.

Beli : 
Pour tous vos personnages, vous êtes-vous inspirées de personnalités connues pour le physique par exemple ? Si oui, lesquels ? Ou de personnes que vous connaissez ? 

trois-filles

Laëtitia :
Non personne… je ne vois pas de quoi tu veux parler Beli ??? mais siiiiii !
▪ Shannon a les traits tellement « cute » d’Emma Stone, j’adore cette actrice, son air mutin, femme enfant, et surtout en rousse ! Je la trouve pétillante. Sa personnalité est proche de la mienne doute permanent, rieuse mais introvertie, mais aussi extravertie, un duel en somme.
▪ Leith a de faux air de Travis Fimmel, avec un look un peu viking mais sans barbe, blond cheveux long, rasé sur les côtés, c’est un tombeur. Dragueur !!
▪ Sean, (soupir), Sean est un savant mélange de Tom Cruise (chercher pas c’est générationnel !!) et d’Henry Cavill ! Une carrure imposante mais les traits plus fins en somme. Mais surtout un regard à vous faire fondre sur place !
▪ Anna je lui vois la frimousse d’Amanda Seyfried, un rien, boudeuse et capricieuse, avec un côté un rien bêcheuse.
▪ Lachlan n’est autre que… Sam Heughan… en personne. Ouhai les filles j’ai dit « Sam Heughan !!!! ». C’est ainsi que notre camarade le voyait et j’ai gardé ça comme un clin d’œil.
▪ Il y a Nona, qui a été pensée par Amélie et qui pourtant arbore les traits de feu ma grand-mère paternelle, dès que je l’ai découverte dans le tome 1, elle m’est apparue ainsi.
▪ Sébastien ! Ahahaha alors lui de suite j’ai vu Chris Evans, au départ Amélie ne le voyait pas comme ça ! Trop « dents blanches » me disait-elle !!! Et puis, elle l’a vu dans une nouvelle série et là… badaboum ! Elle est revenue pour me dire « oui, c’est Sébastien » (ne me demande pas le nom de cette série !lol). Pour moi c’était l’évidence ! Ahahaha.
▪ Quant à Vicky mais c’est tout personnel elle a le visage de l’actrice Cobie Smulders.
Arf ! je pourrais en parler des heures !

trois-hommes-L

Amélie :
… Ahahah alors pour les hommes … on ne va pas se mentir. Qui ne colle pas une tête ou un corps sur un personnage ?! On a tous notre idéal.
▪ Effectivement, mon Scott a des allures de Alexander Dreymon ( Uhtred dans The last kingdom). Il y a quelques photos de lui sur le net, où il a un regard vraiment intense, et qui m’a inspiré certaines scènes. Il a, à la fois ce côté brutal et ce côté doux. Un faux méchant, avec une pointe de mystère.
▪ Liam, je le vois plus comme Luke Evans. Des traits plus durs tout en ayant du charme.
▪ Lachlan… On le voit plus comme Sam Heughan dans ses publicités pour la marque « Barbour ».
▪ Sébastien, je le vois un peu comme Chris Evans (oui, oui je sais … que des moches ^^ , en même temps, une romance avec des « Jean-Claude Duce » ça ne fait pas rêver ^^ )
▪ Pour les filles… et bien finalement c’est plus compliqué.
▪ Laet avait trouvé une actrice qui me plaisait bien pour Victoria, mais je ne sais plus comment elle s’appelle ! Une fille plutôt « jolie », mais normal quoi. Peut- être un peu passe partout. Il faut pouvoir d’identifier à elle.

trois-hommes-A

Beli :
En parlant de l’Ecosse, vous nous proposez de découvrir les légendes de ce pays, cela confère à la série une petite part de magie. C’était prévu dès le départ ?

Laëtitia :
▪ On avait posé l’Écosse comme toile de fond, les trois copines… le reste est dû à nos coups de folies ! La première fois que mon mari m’a emmené sur les bords du Loch Ness j’avais 17 ans. Sur cette plage de galets roses, avec le ressac du loch tourbé, le son du roulis des pierres quand les vagues se retiraient… je me suis assise et je lui ai dit « on a envie que ce soit vrai », il m’a demandé « quoi ? », moi « que le monstre vive là-dessous ». Je crois que ça résume assez bien l’Écosse. Pour la tournure des évènements j’ai été un peu timide je pense, mais les envolées imaginaires d’Amélie m’ont poussées à accentuer les miennes. Tout en étant sur un registre un peu différent. Mais c’est ce qui est très riche dans cette collaboration je crois. Nos différences. Donc non ce n’était pas prévu mais je crois qu’on a bien fait ! Et pour tout dire je suis sur un éventuel tome 6 et je ne sais toujours pas où il mène ! Je sais juste que si je vais au bout il sera plus orienté sur Anna cette fois.

Amélie :
▪ …Quand j’ai commencé à écrire l’histoire de Vic, je n’avais rien prévu. Je n’avais même pas de fin. Et puis, un jour, ma fille avait laissé traîner un de ses livres. Dedans il y avait des histoires sur des créatures d’Écosse, et là, bingo ! Je me suis « pourquoi pas ! ». À partir de ce moment-là, mon histoire s’est articulée sur cette idée. L’Écosse est tellement propice aux manifestations surnaturelles que c’était une évidence ! Franchement, je ne vais pas mentir quand je dis que l’atmosphère qu’il règne là-bas est tout à fait particulière. C’est presque palpable. Rien ne peut se passer normalement là-bas.

Beli :
Quelles sont vos inspirations ? Romans ? Séries ? Films ? ou encore voyages ?

Laëtitia :
▪ Olala ! Je me dis qu’avoir croisé certaines personnes dont Amélie, a créé le déclic mais que cette envie somnolait depuis fort longtemps. Depuis mes lectures des sœurs Brontë, de Jane Austen.
▪ Puis il y a eu ce premier voyage avec un jeune homme (le portrait de Tom Cruise et je ne rigole pas !) juste après mon voyage scolaire dans le Nord de l’Angleterre qui avait déjà fait chavirer mon cœur, après ce second voyage en Grande Bretagne, quand nous avons débarqué à Calais, j’ai pleuré pendant une heure.
▪ Les films évidemment Rob Roy ! Mon préféré, Le témoin Amoureux bien d’autres, 007 aussi. Et Diana Gabaldon, qui est entrée dans ma vie il y a 18 ans pour panser un manque douloureux suite à un nouveau voyage en terre d’Alba. Après 8 séjours là-bas je sais que mon cœur appartient à ces terres. Je pourrais citer d’autres romans, d’autres auteures, d’autres films mais je le fais déjà dans le tome 2 !

Amélie :
▪ …Bien entendu… Le cercle de Pierre de Diana Gabaldon (Outlander) que Laet et moi connaissons depuis presque 20 ans ! Et puis tous ces livres historiques sur l’Écosse.
▪ Les films ? : Skyfall (James bond), Le dragon des mersLa part des angesRob RoyBraveheart
▪ Et bien entendu nos voyages ! Pour ma part j’y suis allée trois fois ( la 4ème a été annulée à cause du COVID) . D’autres sont prévus. Finalement cette histoire est un peu un exutoire pour pallier au manque de ne plus y être. Une façon de s’y évader le temps de quelques pages. J’ai adoré décrire ce que j’avais moi-même vu et ressenti lorsque j’étais là-bas.

films

Beli :
Que pouvez-vous nous dévoiler sur les prochains tomes ? Combien y aura-t-il en tout ?

Laëtitia :
▪ On peut dire que chaque tome est indépendant, on s’applique à faire tenir debout le lien entre chacun d’eux mais toujours chacune son imaginaire. Sans l’avoir prévu nous touchons un lectorat plus large en ayant créé ce lien, nous avons déjà des retours en ce sens « je n’aurais pas lu ce style ou celui-là, c’est une découverte ».
▪ Pour les tomes 3 et 5, je dirais qu’Amélie n’a pas fini de surprendre !
▪ Le tome 4 pourrait vous réserver des surprises et qu’il sera assez orienté sur Shannon, mais Anna est toujours là, tout comme Vicky ! J’espère avant Noël (mais chaud chaud), ce serait une sortie quasi simultanée pour peut-être garnir le pied du sapin de nos premières Lectrices ! Cela va en partie dépendre d’Amélie.
▪ Je suis, comme dit plus haut, sur un éventuel tome 6 en solo, vous le savez (ou pas encore) Anna est différente de ses amies mais elle n’est pas à l’abri pour autant des caprices de l’Écosse. Mais bon il est en pleine élaboration, ce sera le job de mes bêta lectrices de choc de me dire s’il vaut la peine ! Parler plus d’Anna clôturera peut-être la saga… ou pas.
▪ Pour ma part, je n’en ai pas fini avec Three Sisters ! Elles sont parties dans un but lors de leur premier voyage et je compte trouver un moyen de les mener au terme de ce projet-là. Et je foisonne encore d’idées. Je ne sais pas si ce sera du spin-off ou en suite (tome 7 par exemple), ce ne sera plus en co-écriture car je pense qu’Amélie est appeler par d’autres envies. Si, je dis bien si j’en arrive là. Et puis, peut-être des mini romans indépendants, parce que j’aime faire plaisir et que j’ai déjà quelques demandes pour certains personnages secondaires. À voir ! Par contre, après cela je pense qu’il sera temps de quitter les Three Sisters et de partir vers d’autres horizons (je l’ai dit mon cerveau est autonome ! il est fou !).

Amélie :
▪ …Pour le moment 5 peut- être 6. De mon côté, l’histoire de Scott et Vic est bouclée. J’ai encore des idées, un Spin-off peut-être… Je laisse mûrir tout ça. Pour le moment, je me concentre sur la finalisation de ce projet.
▪ Pour le tome 3, Victoria va se trouver confronter à bien pire que ce qu’elle a déjà vécu. Tout monte d’un cran. Elle ne sait plus à qui se fier. Elle va devoir s’adapter, trouver des réponses. Heureusement, elle n’est pas seule. Elle va tout d’abord subir ce qui lui arrive, car franchement, si ça nous arrivait, comment réagirions-nous vraiment ? Et finalement, elle va trouver de l’aide. Je n’en dis pas plus… surprise surprise. Si tout va bien, le tome 3 sera prêt avant Noël, mais je ne peux absolument rien confirmer pour le moment !

Beli : 
Pour finir, avez-vous quelques anecdotes à partager avec nous, qui vous serait arrivé durant l’écriture des Three Sisters ? ou quelques secrets inavoués ?

Laëtitia :
▪ Rien de surprenant, j’essaie de transmettre mon amour de l’Écosse à travers mes écrits, sans me transformer en Wikipédiette (je ne pourrais pas car je suis un poisson rouge qui oublie tout, appelez-moi Dory), je fais référence à ce que je connais, lieux visités et découverts lors de mes voyages et aux sentiments que chacun de ces moments a pu éveiller en moi.
▪ Je divulgue quelques anecdotes sur mes pages, auteure et celle que j’ai dédié à la Saga.
▪ Celle qui m’a marquée est le jour où j’ai pris des pincettes pour dire à Amélie que je virais Schizophrène, agrémenté de dédoublement de la personnalité (MDR) et qu’elle a été tellement soulagée parce qu’elle vivait la même chose. Three Sisters la saga est vraiment née ce jour-là à mon sens.
▪ Parfois, nos échanges étaient rocambolesques car je suis un feu follet, je pars vite et je partage partage partage, mes joies, mes peines, mes doutes et elle, elle est posée, personnelle et concentrée. En image ça donnerait assez un cartoon avec moi qui saute partout contente ou en panique et elle qui me regarde en levant les yeux au ciel ! Ou un portrait de Norma Rockwell avec une enfant un peu débraillée et souriante et sa nurse bien mise et les bras croisés, impassible (lol).
▪ Mais il faut avouer que l’idée de départ était risquée et loin d’être évidente. Car je devais me caler, j’avais mon roman, mes idées… dans le tome 2 Victoria était là avec les copines (je la faisais fondre pour le dangereusement sexy Leith) mais Amélie est partie loin et j’ai dû réadapter mon texte, tout en maintenant la présence de Vicky et en révélant le moins possible sur le tome 1. Elle m’a aussi collée une tante Bretonne ! lol mais elle je l’adore. J’en ai eu des nuits blanches pour que tout concorde, surtout qu’il ne fallait rien de trop évident sur le tome 2 pour ne pas révéler toute mon intrigue. Ce n’était pas si simple car la cohérence du tout, d’une certaine façon, reposait sur le tome 2 (double pression).
▪ Anecdote personnelle : quand je lis, je pleure, je ris autant que devant un film, mes émotions sont toujours exacerbées et il en va de même quand j’écris ! Autant dire que je n’écrirais pas dans un café !!! Ils appelleraient les pompiers ! Par exemple, quand j’ai lu l’une des scènes qui se déroule au bord d’un Loch dans le tome d’Amélie, j’ai pleuré à chaude larmes, un déchirement. Mais quand il a fallu la réécrire d’un autre point de vue dans le tome 2… seigneur !!! J’ai vidé une boîte de mouchoirs en papier. Je l’écrivais je pleurais, je la corrigeais je pleurais, je la relisais… je pleurais. Il y a fort à parier que si je la relisais aujourd’hui… je fondrais encore. lol
▪ Pour finir je dirais que je suis amoureuse de chaque personnage et que devoir m’en séparer est déjà source de peine et puis ils ont encore des trucs à nous dire, mais on verra dans le temps, rien ne presse finalement. Évidemment mon chouchou s’est Sean ! Quoi que Leith ? Quoi que… nan c’est Sean. Arf !!!

Amélie :
▪ Côté écriture, je suis quelqu’un qui a besoin d’être dans sa bulle jusqu’au bout. Laet m’a rendu chèvre une paire de fois ^^ au moment de faire concorder les détails. Ajouter, enlever, ajouter, non finalement enlever ! Ça n’a pas été simple tout le temps ! Et on s’est ajouté une belle difficulté avec nos tomes alternés. Il ne fallait pas que je spoile l’intrigue de Laet, mais il fallait tout de même mentionner des choses dans mon histoire pour qu’elle se tienne ! A contrario, Laet ne devait pas faire de redondance, franchement pas simple non plus, mais elle est arrivée à trouver le bon équilibre. Les deux premiers tomes ont été plus difficiles à aboutir, mais nous y sommes arrivées. Les suivants ont été plus faciles, nous n’avons pas fait les mêmes erreurs.
▪ De mon côté, mes livres sont truffés de références auxquelles je tiens beaucoup. Je voulais mettre tout ce que j’aime dedans. Je suis amatrice de whisky (j’ai visité pas moins de 22 distilleries en Écosse et j’en ai goûté bien plus ^^ )… donc Vic l’est aussi (d’ailleurs une de mes bêta-lectrices m’a dit qu’elle trouvait que Victoria buvait beaucoup ! ^^ , du coup j’ai changé quelques scènes où elle boit de l’eau ou du thé).
▪ Je fais de la photo (amateur) … Vic aime en faire aussi. Le prénom de Victoria vient de la rue bien connue d’Édimbourg : Victoria Street. J’adore cet endroit, avec ses immeubles colorés et la rue sur la rue. Scott… halala… Il vient d’un héros de roman de Françoise Bourdin (D’eau et de feu et à Feu et à sang). Ce personnage, je l’ai adoré (encore un amant virtuel ^^ )!!! J’ai MON Scott maintenant. Et puis, une foule de petites choses. Sur ma page Insta et Facebook, j’en révèle de temps à autre.


A suivre, Le gardien des lochs II de Amélie Divil le 10/12/2020 
(Tome 3 de la série Three Sisters)

three-sisters-03

Merci à toutes deux d’avoir répondu à mes quelques questions. Vous y avez mis beaucoup de vous, et je suis ravie de découvrir vos réponses. Peut être que cela éveillera la curiosité de quelques lectrices qui voudront embarquer en Ecosse. On se retrouve pour les prochains tomes !

☆BELI☆


Série Three Sisters :
Tome 1 : Le gardien des lochs I (23/09/2020)
Tome 2 : Sur la route des légendes (31/10/2020)
Tome 3 : Le gardien des lochs II (10/12/2020)

three-sisters-01-le-gardien-des-lochs-i three-sisters-02-sur-la-route-des-legendes three-sisters-03


Où retrouvez les deux auteures

portrait-duo

La page Facebook de Three Sisters la saga est disponible ici.

AMÉLIE DIVIL
  • Sa page Facebook ici
  • Sa page Instagram ici
LAËTITIA MARILLER
  • Sa page Facebook ici
  • Sa page Instagram ici

Une réflexion sur “Interview de Laëtitia Mariller & Amélie Divil

  1. Mariller Laëtitia dit :

    Un immense MERCI Beli ! Pour cette interview super intéressante ! Et pour ta présentation qui est magnifique et m’a beaucoup touchée (oui je suis fleur bleue). Les images choisies et tes questions tout est génial. Un grand merci pour cette mise en lumière de mon univers. Au plaisir de te faire découvrir plus encore l’univers des Three Sisters.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>