Les tartines sont meilleures quand on les partage à deux – Emily Blaine

les-tartines-sont-meilleures-quand-on-les-partage-a-deux

Résumé de l’éditeur :
« Je veux tous les petits déjeuners de ta vie, Emma. Je veux te voir chaque matin, avec tes cheveux emmêlés et tes yeux pétillants. Je préfère commencer par la fin de l’histoire, car je ne veux pas perdre une seule minute passée avec toi en prenant le temps d’y aller doucement. »

Tristan est photographe, Emma est médecin. Depuis leur rencontre lors d’un mariage, Tristan est convaincu qu’elle est la femme de sa vie. D’ailleurs, le destin semble d’accord avec lui  : il ne cesse de mettre Emma sur sa route. Mais toujours le timing et les aléas de la vie les empêchent d’être ensemble. Alors, Tristan attend. Et Tristan y croit, pour eux deux. Mais après huit ans de relation en pointillés, de fuites d’Emma et de rupture sans explication, ne serait-ce pas le moment d’avancer  pour de bon  ? Oui, il va tenter sa chance une dernière fois  : soit il tournera définitivement la page de cette histoire… soit il retrouvera enfin celle qu’il aime.

 ★ Merci à la collection &H pour ce SP ★

                    avis-beli

Le nouveau roman d’Emily Blaine est sorti, avec sa couverture très féminine et aux couleurs estivales aux tons légers et frais. Le titre évoque un duo, une habitude du quotidien qui marque aussi l’engagement et il est assez bien choisi par rapport à l’histoire que nous allons découvrir. Emily Blaine nous offre une romance d’un point de vue masculin, c’est donc auprès de Tristan que nous découvrirons cette histoire.

S’il fallait que je résume le roman, je dirai qu’il s’agit d’une romance entre un homme profondément amoureux et persuadé dès le début qu’elle est la bonne, et d’une jeune femme qui semble continuer de se chercher avec cette peur de l’engagement. Ils vont ainsi se croiser à de multiples moments de leur vie, partager alors quelque chose de fort mais de court, avant de reprendre chacun leur chemin et ce sur plusieurs années. Nous découvrirons leur histoire au présent, mais aussi au passé avec une composition assez intéressante du roman.

La composition du roman, cette façon bien particulière de nous permettre de découvrir les personnages et leur histoire est en effet assez originale. Emily Blaine utilise des marqueurs temps qui se référent à une sorte de frise chronologique qui nous permet de bien identifier les quelques rencontres qu’ont eu Tristan et Emma. Chaque rendez-vous étant marqué par un événement où quelque chose s’est passé entre eux. Nous sommes donc en 2018 avec Tristan qui fait référence à ces événements en remontant dans le passé, chaque chapitre proposant le présent et le passé. Le concept du temps est assez intéressant car il est bien souvent abordé, et aussi au delà de cette proposition de narration. On le retrouve notamment quand Tristan évoque cette durée d’une relation qui n’existe pas mais qui pour lui reste essentielle et inévitable, ou encore quand des phrases types reviennent à chaque rencontre : « un jour, peut-être », ou « pour un petit déjeuner ».

Tristan quand nous le découvrons au présent, est un photographe sur le point d’exposer son travail dans une grande galerie. Après quelques années à tâtonner dans quelques métiers qui lui permettaient de survivre, il peut enfin vivre de sa passion, la photographie. A travers cette passion, on découvre beaucoup sur sa personnalité ou encore sur les moments importants de sa vie. J’ai beaucoup aimé ces instants où on le découvre chez lui, avec une amie en train de regarder ces clichés qui nous parlent tant de lui, de ses amis, et de sa vie. Tristan est un jeune homme au présent qui n’atteint que la trentaine et pourtant cela fait huit ans qu’il vit un amour à sens unique, et je trouve que cela lui confère une certaine gravité qui le vieillit plus que son âge. C’est un homme assez sage, qui vit assez simplement et qui n’est pas très expansif dans sa façon d’aborder par exemple sa célébrité en tant que photographe. On a réellement l’impression qu’il ne vit que dans l’attente que celle qu’il aime vienne à lui. Bien entendu, il n’est pas sans avoir de relations mais il sait qu’elles ne sont là que pour répondre au plaisir de la chaire et qu’il n’y a aucunement la possibilité d’envisager plus car elles ne sont pas « elle », sa Emma.

Emma, nous la découvrons uniquement à travers le regard de Tristan qui est le principal narrateur de l’histoire. Elle est celle qu’il aime d’un amour immense, et c’est ainsi qu’à travers son regard, on comprend l’amour qu’il éprouve pour elle. On pourrait penser qu’elle l’a baladé, mais ce n’est pas ainsi que je vois les choses, elle a plutôt pas forcément suffisamment prise en compte les sentiments qu’il éprouvait, dur aussi d’imaginer qu’après quelques brèves rencontres, on puisse aimer ainsi si fort. D’autant plus, qu’elle a l’air de ne pas savoir ce qu’est d’aimer, ou comment aimer. Je dirai toutefois qu’il nous manque encore des informations sur ce qu’elle a vraiment pensé, même si nous avons son point de vue à la fin. Un point de vue qui nous apporte certes quelques réponses, mais celles-ci ne sont pas assez importantes pour que l’on puisse considérer ces huit années d’attente légitimes. Donc, notre point de vue sur Emma peut être assez négatif, et c’est difficile de constater qu’il l’ait attendu tant d’années.

J’ai été très touchée par le personnage d’Hélène, c’est une amie très proche de Tristan et Emma. Elle a su faire vibrer en moi quelques réactions émotionnellement fortes. De suivre Tristan et Emma, c’était aussi suivre Hélène et Bastien, et il est impossible de ne pas être touché par leur histoire. La non relation, ou les prémices longs de l’histoire de Tristan et Emma, ont été mis en parallèle avec celle de leurs amis, et si la première a mis un temps fou à prendre, la leur fut plus rapide mais elle n’a pas eu cette chance de durer dans le temps. Je trouve que leurs deux histoires de couples sont ainsi mise en parallèle et elles accentuent ces marqueurs temps. La vie est courte et il ne faut pas attendre que le bonheur arrive, parfois il faut précipiter les choses ! La présence d’Hélène, très importante dans ce récit, nous permet aussi d’avoir une perspective extérieure sur Tristan et Emma, car à travers son amitié vis à vis d’eux, elle nous offre cet attachement qu’elle a pour deux personnes qu’il est parfois difficile de saisir. L’importance qu’ils auront dans sa vie nous les rendent alors plus proches.

La fin du roman peut paraitre un peu rapidement expédiée. Je suis à la fois d’accord avec cette proposition de fin, quelque part il n’y a pas besoin de plus sur le devenir de leur histoire. Surtout qu’en fin de compte, on en apprend tant sur les événements marquants de l’évolution de celle-ci que le récit est ainsi suffisamment bien équilibré. Il y a une évidence qui se confirme, mais c’est plus sur un manque d’informations sur le pourquoi de tant d’attente, sur peut-être une analyse plus approfondie des réactions d’Emma qui nous auront manqué, on reste sur notre faim concernant son personnage je pense. Leur relation nous est contée à travers ces moments partagés, qui furent intenses mais qui n’auront pas su convaincre la jeune femme de l’étendu de l’amour de Tristan et de la possibilité d’être heureux ensemble. On souffre de certains moments, on en veut aux personnages d’agir de telle ou telle façon, ne prenant pas forcément en compte tous les sentiments à la fois de l’autre et de soi-même. Le récit est alors ponctué de tous ces moments importants dans une vie, qui leur permettront de se croiser : un mariage, les fêtes de fin d’année ou encore un enterrement. On a là encore une fois des événements qui marquent le temps que dure une vie.

Cette histoire me rappelle deux choses : d’abord il me rappelle le film, Quand Harry rencontre Sally avec cette histoire sur plusieurs années, et ces rencontres éphémères de ce couple en devenir, même si le ton donné à l’histoire n’est absolument pas le même. Il n’y est question de sentiments que plus tard aussi dans leur histoire, alors qu’ici Tristan sait depuis le début qu’elle est celle qu’il attend. Je pense aussi à ce roman de David Nichols : Un jour, bien que celui-ci soit tragique et bouleversant, ce qui n’est pas le cas ici avec l’histoire de Tristan et Emma. L’idée de courir après l’amour d’une personne et de voir le destin les mettre sur la route l’un de l’autre mais que jamais il ne se passe ce qu’il devrait se passer. Ce qui intéressant alors, c’est de voir que ce sont les deux histoires de couples citées dans le roman d’Emily Blaine qui pourraient faire écho à cet autre roman que je cite : le destin tragique de l’histoire d’amour de Hélène et Bastien, et cette façon de courir après l’amour de Tristan, sans qu’Emma n’y réponde. J’apprécie ce type de schéma narratif, bien qu’il soit parfois très frustrant, car on a qu’une envie par moments, les secouer et leur dire d’arrêter de perdre du temps car l’amour est là sous leurs yeux ! Oui, le temps, il est fortement marqué ici et je crois que c’est ce qui nous porte à appréhender cette histoire, ce temps qui passe.

Il est difficile de se positionner sur ce roman, de mon côté j’ai pris beaucoup de plaisir à le lire, appréciant la forme du récit. C’est originale et intéressant de découvrir comment tout cela nous est dévoilé, on accompagne avec beaucoup de détails ce qu’il s’y passe. Mais on peut en vouloir à Emma et ne pas apprécier ainsi son personnage, Tristan est indécis, et on peut aussi avoir envie de vouloir lui dire de passer à autre chose tellement elle se joue d’elle. Oui car on peut le penser ainsi, cela serait légitime. A côté de cela, on s’attache à l’histoire plus poignante d’Hélène et Bastien qui nous saisit. Pour tout vous dire, quand j’ai écrit ma chronique, j’ai d’abord voulu vous parler d’Hélène, et je trouve que cela est assez représentatif de ce besoin de s’exprimer sur son histoire, alors qu’il parait plus difficile de parler de Tristan et Emma. Je ressens d’ailleurs ce besoin de savoir ce qu’il adviendra d’elle, j’aimerai beaucoup la retrouver et la voir heureuse de nouveau.

Alors ai-je aimé ou pas ? Question simple et réponse complexe : oui j’ai aimé, mais cette histoire est abordée sur un ton différent de ce que l’on peut lire d’Emily Blaine et cela peut être déroutant et laisser les lecteurs un peu dubitatifs. Il est d’autant plus difficile d’en parler sans tourner en rond autour de notre indécision sur l’avis que l’on porte aux personnages, après j’ai trouvé l’idée attrayante et s’il a procuré bien des interrogations, je l’ai lu avec facilité et plaisir.

Les tartines sont meilleures quand on les partage à deux
D’Emily Blaine
Editions Harper Collins
Collection &H
Broché 281 pages
Sortie le 18/05/2022

les-tartines_insta

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>