« Follow me back » le tome 1 de A.V. Geiger

follow-me-back-01

Résumé :
Follow me. Love me. Hate me.
#EricThornObsessed
Agoraphobe, Tessa Hart ne parle à presque personne au quotidien, exception faite des réseaux sociaux où elle nourrit sa passion pour Eric Thorn, le prodige pop-rock de sa génération. Prenez-la pour une folle si vous voulez, mais il est le seul qui semble la comprendre, alors même qu’ils ne se sont jamais rencontrés…
Pris au piège entre son contrat et des fans envahissants au point de lui faire craindre pour sa vie, Eric se crée un faux compte Twitter pour troller l’un de ses plus gros followers, @Tessa♥Eric. Au lieu de ça, la relation qu’ils tissent sur Twitter dépasse vite tout ce qu’ils auraient pu imaginer. Et lorsque les deux se donnent rendez-vous dans la vraie vie, ce qui aurait pu être la plus belle rencontre de tout les temps vire au cauchemar…

 ★ Merci aux Editions Robert Laffont pour cette lecture ★

☆ AVIS DE BELI ☆

Cette sortie, je l’attendais depuis que j’ai vu les éditeurs de la collection R la présenter furtivement dans une vidéo. Après c’est la couverture qui m’a clairement plu, le résumé n’a fait que confirmer mon envie. J’ai gagné l’ENC (épreuve non corrigée) sur Facebook et dès que je l’ai reçu, je l’ai lu de suite. Ecrire mon avis m’a pris plus de temps que de le lire, tellement ce premier tome m’a plu !

Follow me back vous embarque dès le début, une fois commencé, il est très dur alors de s’arrêter. Nous y découvrons le monde des réseaux sociaux, celui des fans hystériques, des faux semblants, des manipulations, des dangers que peuvent occasionnés tous ces univers utilisés souvent à mauvais escient. Nous sommes pour la plupart d’entre nous, connectés aux réseaux sociaux, chacun ayant sa préférence pour l’un d’eux. Nous avons tous conscience aussi de l’anonymat offert par cette forme de communication et ce que cela occasionne, il nous permet ainsi de nous exprimer comme bon nous semble, mais cela peut parfois atteindre des limites dangereuses et servir à des personnes malsaines. Ce roman nous plonge dans ce monde où chacun peut se cacher derrière un pseudo et évoque ces malversations occasionnées, sous couvert d’anonymat, de ses dérives du net. Cette jeune auteure a réussi son coup de maitre en nous manipulant nous aussi lecteurs à sa guise et c’est formidable ce qu’elle a réussit à nous proposer.

Deux écrans, d’un côté Tessa, une jeune femme qui vit cloisonnée chez elle, agoraphobe depuis qu’elle a vécu un moment traumatisant quelques mois précédemment sans qu’elle n’ait expliqué à qui que se soit ce qui lui est réellement arrivé. Elle passe son temps enfermée chez elle, entre ses rendez-vous psy à domicile et sur twitter. Elle y gère sa page en tant que fan de Eric Thorn et se voit propulser dans les pages twitter les plus retweetées lorsqu’elle y partage une des histoires qu’elle écrit sur le chanteur, accompagnée du hashtag #EricThornAccro. Fervente fan de ce chanteur qu’elle idolâtre, fascination qui s’est développée depuis qu’elle reste cloisonnée seule dans sa chambre, elle obtient ainsi plus de 30,1 K followers. Sa « popularité » sur twitter s’avère être en total contraste avec le fait qu’elle vive isolée de tous, voilà l’un des aspects des réseaux sociaux qui font leur succès : même seul vous pouvez être populaire et très « entouré ».
De l’autre côté de l’écran se trouve Eric Thorn, le vrai derrière son compte twitter qu’il tient car la production l’encourage à le faire, lui « ordonnant » même parfois de poster. Un monde de faux semblants nous apparait alors, les dessous de ces comptes de star gérés par eux-mêmes ou des spécialistes. Mais Tessa ne va pas avoir à faire à ce compte officiel mais bien à Eric Thorn sous une autre identité, sauf qu’elle ne sait pas que c’est lui à qui elle parle. Eric s’est créé un deuxième profil connu uniquement de lui et ce pour régler ses comptes au départ avec Tessa, mais très rapidement ils vont venir à échanger ensemble, régulièrement et apprendre à se connaitre.

La narration passe de l’un à l’autre, nous faisons connaissance avec deux jeunes adultes, ils ont tous deux dix-huit ans et tentent de survivre face à des angoisses qui les étreignent. Ils connaissent des peurs pour des raisons différentes mais qui vont indéniablement les lier, leur permettant ainsi de mieux se comprendre que n’importe quelle autre personne. Ce qui les lit, hormis cette passion autour d’une star, c’est le fait qu’ils se comprennent. Tessa ressent ce besoin de se confier à lui, alors qu’elle ne le connait pas en « vrai ». C’est dans des moments comme cela que nous constatons les dérives que peuvent occasionner les réseaux sociaux, celui de l’autre côté de l’écran n’est pas forcément la personne que nous pensions.

Ils ne sont toutefois pas seuls sur la toile et si tous deux arrivent à bien s’entendre, il faut se méfier de certains. Tessa tente à travers cette relation de combattre ses fantômes, Eric tente de rester la tête hors de l’eau face à cette célébrité grimpante qu’il ne contrôle absolument plus. Cet anonymat leur permet d’être ceux qu’ils souhaiteraient pouvoir assumer en vrai, s’ils n’avaient pas ses peurs. A travers leurs échanges qui consistent en une grande partie du roman, nous passons de l’un à l’autre et allons voir se dévoiler les raisons de leurs peurs, tout à fait légitimes.
C’est un récit assez passionnant, j’aime beaucoup ce type de lecture qui à travers des échanges de messages arrive à nous capturer alors même que les personnages ne se sont jamais rencontrés.

Alors bien entendu, il ne s’agit pas seulement d’une relation créée à partir d’une communication virtuelle. Le roman va au delà et est rythmé sur un certain nombre d’événements liés à ces deux personnages, qui vont animer l’ensemble. Je ne vous en parle pas plus que ça, car ce serait dommage d’en dévoiler trop. Mais la façon dont l’auteure évoque les conséquences des réseaux sociaux, des fans hystériques est captivante. Cela s’insinue peu à peu, nous découvrons que les personnalités des gens peuvent être totalement disjonctées et parfois même dangereuses. C’est assez fascinant d’essayer de découvrir celui ou celle qui se cache derrière un pseudo mais les conséquences de cet anonymat peuvent aussi être désastreuses.

Je conclurais en disant que ce roman m’a complètement embarqué et que le scénario m’a bluffé. A.V. Geiger a réussi à nous amener là où elle voulait et même si nous lui en voulons un peu (beaucoup) à la fin de ce premier tome, surtout que nous ne savons pas quand nous aurons la suite, elle a réussi pour moi un tour de maitre. Il ne s’agit pas seulement d’un roman sur les réseaux sociaux, il évoque tellement de thèmes comme la manipulation, l’obsession et elle a réussi elle même à jouer de cela pour nous époustoufler. Un peu plus d’une semaine après l’avoir lu, je suis enfin en mesure de clore cet avis, il est parfois difficile de trouver les mots pour parler d’un roman sans en dévoiler les tenants et les aboutissants et ce dans l’idée de vous donner envie de le lire.

Un roman qui à mes yeux, propose quelque chose de différent. Les romans Young Adult font partis de ceux qui nous étonnent et nous embarquent, c’est pour cela que j’aime beaucoup lire ce genre de lectures. Ils peuvent aussi à travers une histoire, faire passer tellement de messages aux jeunes qui n’ont absolument pas conscience du danger que peuvent occasionner les réseaux sociaux. Le tout en passant un très très bon moment de lecture. C’est un livre surprenant, une aventure passionnante dans le monde des réseaux sociaux mais plus encore, il aborde aussi tellement de sujets d’actualité.

« Follow me back » le tome 1 de A.V. Geiger
Editions Robert Laffont, collection R le 08/06/2017 : 360 pages

NOTE : 5/5


Série Follow me back :
Tome 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>