« Et tu entendras le bruit de l’eau » de Sophie Jomain

et-tu-entendras-le-bruit-de-l-eau

Résumé :
Elle est partie pour fuir celle qu’elle était devenue… Là-bas, elle va trouver celle qu’elle est vraiment.
Marion Verrier est Fendie Miller. Ou plutôt Fendie Miller est Marion Verrier. Elle ne sait plus trop… Est-elle vraiment devenue cette journaliste assoiffée de scoops que plus rien n’émerveille ? Poussée à bout, Marion craque et décide de s’échapper en baie de Somme.Un bungalow cosy perdu dans la nature pour se retrouver et réfléchir à ce qu’elle va faire de sa vie, voilà tout ce à quoi elle aspire. Mais, au « Bruit de l’eau », Marion découvre qu’elle n’est pas aussi seule qu’elle le pensait ; quelqu’un d’autre a choisi l’écolodge pour s’isoler du monde. Un homme, mystérieux et solitaire, que le destin n’aura de cesse de remettre sur sa route.

 ★ Merci aux Editions Harper Collins pour ce SP ★

☆ AVIS DE BELI ☆

Un roman qui m’a séduite, je ne pensais pas y trouver autant d’implications dans des sujets qui sont forts et percutants mais que beaucoup préfèrent ignorer. Cette journaliste, Marion, la narratrice de cette histoire nous raconte ce moment dans sa vie, où tout ne semble plus que dérision et où sa passion de départ s’est essoufflée pour ne laisser place qu’à une acharnée du travail, qui ne pense que rendement, rendus et impact sur le public. La recherche du scoop, les recherches acharnées, les heures de boulot qui ne se comptent plus, voilà ce qu’est son quotidien. A côté de cela, qu’a-t-elle ? Elle est certes aimée d’un bon père, elle a une belle-mère avec qui elle s’entend bien et un confrère journaliste, sex-friend quand ils le peuvent mais quand elle se projette dans l’avenir, elle ne voit rien. C’est un scoop qui va lui échapper, qui va engendrer une décision, brutale bien que sous jacente depuis un moment sans qu’elle ne le sache, elle prend des vacances, de longues vacances loin de Paris, son rythme effréné et son train train quotidien plus que soutenu.

Marion quitte donc Paris, coupant les ponts pour s’installer dans un gite en Baie de Somme, tenu par un couple très sympathique que nous aurons l’occasion de connaitre lors des quelques moments qu’ils partageront avec elle. Le concept de leur gite : c’est la plénitude du lieu et c’est ainsi que Marion va s’installer au bruit de l’eau – j’adore cette appellation, forte d’un message de bonheur et de simplicité d’être tout simplement. C’est aussi un lieu isolé, qui se confronte à la nature et permet à ceux et celles qui viennent y séjourner de découvrir toute la beauté du lieu. Exactement ce dont avait besoin Marion, elle ressentait cette envie de s’isoler et c’est à travers son objectif photo qu’elle va pouvoir immortaliser toutes les découvertes qu’elle va faire. Marion voit à travers cette passion qu’elle n’a plus pratiqué depuis des années : la photographie, la possibilité de s’évader et d’exprimer ce qu’elle ressent au plus profond d’elle. Elle se trouve à l’un de ces moments charnière de la vie, où le changement va s’opérer et elle doit trouver de nouveau la voie qui la rendrait heureuse.

Nous sommes en hiver et les lieux sont peu fréquentés, en comparaison des beaux jours où les touristes prennent d’assaut la région. C’est donc en toute tranquillité qu’elle va pouvoir vivre ses semaines loin de tout et de tous. Elle aura toutefois un voisin, un unique voisin mais qui ne semble absolument pas vouloir communiquer avec elle, aux vues des réactions épidermiques qu’il aura les fois où elle le croisera. Cet homme, Benjamin, de son diminutif Ben est un personnage solitaire, baroudeur et peu enclin à communiquer avec les autres, c’est un passionné de nature qui aime observer seul les animaux qu’il étudie. La présence de la jeune femme éveillera l’ours mal léché qui sommeille en lui, et quand elle se trouvera sur son chemin, il le lui fera bien comprendre : il ne veut pas d’elle dans ses pattes. Mais n’oublions pas que Marion est journaliste, et donc curieuse, cet homme l’intrigue, le fascine aussi et elle insistera avec douceur et diplomatie pour l’approcher petit à petit.

Le roman est vraiment concentré sur le personnage féminin, je dirai que les personnages qui l’environnent, l’accompagnent et servent à ce qu’elle puisse vivre des moments importants, mais ne nous sont pas totalement dévoilés. Cela aurait pu être dérangeant, mais non il fallait qu’il en soit ainsi, nous en apprenons toutefois suffisamment pour qu’ils soient intéressants et que l’on prenne plaisir à les suivre et à les apprécier. Mais c’est à travers Marion que nous vivrons chaque intensité des moments qu’elle va vivre durant ses vacances, qui deviennent plus que cela quand on considère qu’elle prendra des décisions décisives pour son avenir durant ce laps de temps. Ben aura un rôle important à jouer puisqu’il lui permettra d’éprouver des sentiments qu’elle n’a jamais connu jusque là mais cet homme ne veut plus aimer une femme, après avoir vécu une douloureuse séparation. Alors elle est prévenue, rien ne doit être envisagé entre eux après les bons moments qu’ils passeront ensemble. Il est beau, intelligent, charmant et on craque facilement pour cet homme taciturne, nous en apprendrons suffisamment sur lui pour comprendre son état d’esprit et la façon dont il fonctionne. Ben va aussi lui offrir une ouverture d’esprit sur la nature et les dons qu’elle nous offre, c’est par son biais et la photographie qu’elle va s’ouvrir à des sujets moins superficiels que ceux qu’elle traitait en tant que journaliste People.

A travers cette reconstruction et cette découverte d’elle même, nous allons suivre Marion qui va s’intéresser à des sujets forts comme la protection des animaux et encore bien d’autres. La passion qui s’était éteinte en elle va se rallumer et l’on va retrouver une héroïne impliquée et ivre de résoudre les problèmes des autres, en utilisant les outils qu’elle a en sa possession : sa plume, sa position, ses photos. Nous mêmes, en lisant ce récit, nous n’avons qu’une envie, c’est la rejoindre dans les causes qu’elle défend, tellement elle y met du sien et nous conte ce qu’elle ressent vis à vis de tout ceci. Sa vie prend un tournant certain et j’ai été plutôt assez admirative de cette femme, qui a su se remettre en question et porter un jugement positif et honnête sur ce qu’elle a accompli jusque là. Par la suite, elle va rester digne et suivre la même ligne directive d’implication dans ce qu’elle fait. Cette passion lui permettra aussi de vaincre les peines occasionnées suite à ce rapprochement qu’elle a vécu avec Ben qui refuse de donner suite à leur relation.

La plume de Sophie Jomain est toujours aussi agréable à lire, elle y met tout son coeur pour nous décrire l’environnement dans lequel va évoluer Marion. Des lieux, des sensations, des émotions qui donnent envie de découvrir tous ces endroits dans lesquels elle s’est rendue. En vrai citadine, et parisienne d’autant plus, je ne quitterai pas ma ville pour vivre ailleurs mais ce roman est un vrai bol d’air et il donne envie d’ailleurs mais aussi d’aider ceux qui pourraient en avoir besoin. J’ai grandement apprécié ma lecture, forte de bien des messages qui vous touchent déjà en tant que femme, mais aussi sur tout ce qui se passe autour de nous et que le monde préfère occulter plutôt que de s’en préoccuper avant qu’il ne soit trop tard.

« Et tu entendras le bruit de l’eau » de Sophie Jomain
Editions Harper Collins, Collection &H le 06/03/2019 : 297 pages

NOTE : 4,5/5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>