« Ce qui ne te tue pas… » #1 de Georgia Caldera

ce-qui-ne-te-tue-pas

Résumé :
Quand la haine est aux prises avec l’amour…
Le bac en poche, les années lycée et leur lot de terribles souvenirs derrière elle, Violette se réjouit de pouvoir enfin tourner la page. C’est par un déménagement et l’intégration d’une école de graphisme de renom que débute sa nouvelle vie. Artiste dans l’âme, Violette espère se révéler et s’épanouir au sein de Arte-Sup. Or son bonheur a un prix : Adam, le fils de son nouveau beau-père. Car le jeune homme, aussi ombrageux qu’insaisissable, avec lequel elle va devoir désormais partager un couloir, semble la haïr par-dessous tout. Et lui aussi étudie les arts graphiques au sein de la même formation…

 ★ Merci aux Editions J’ai Lu pour ce SP ★

☆ AVIS DE BELI ☆

Ce qui ne te tue pas… interpelle par sa couverture d’abord, que j’ai aimé au premier coup d’oeil. L’image d’abord mais aussi le traitement graphique tout autour d’elle, la rendant encore plus attrayante ! Un bon point, à cela on ajoute l’auteure, que j’aime beaucoup lire et c’était un combo gagnant. Le résumé a finit de me convaincre, j’avais envie de lire cette histoire.

Georgia Caldera alterne son récit en nous proposant de suivre ses deux personnages principaux : Violette et Adam, deux jeunes adultes dont nous allons découvrir le point de vue sur la situation qu’ils vivent. Violette et Adam vont faire connaissance quand cette dernière vient vivre auprès de sa mère, fraichement mariée au père d’Adam. Tous deux vont intégrer une école d’art pour commencer un cursus de trois ans d’études. Violette rejoint sa mère à Tours, abandonnant son père chez qui elle vivait, et son frère, tous deux restés à Avignon, pour reprendre sa vie en main et faire des études en rapport avec sa passion pour le dessin. Adam quand à lui, ne vit que dans l’idée de réussir ses études pour pouvoir fuir très loin de cette maison et de son père. Tous deux semblent avoir vécu des moments difficiles, et je dirai que dès le début, nous sommes happés par la curiosité de savoir ce qu’ils ont pu vivre et qui a pu ainsi dicter leur destin.

Très souvent dans ce type de romance, c’est le personnage féminin qui est très effacé. Ici Georgia Caldera nous propose de faire la connaissance d’un personnage masculin qui a ces caractéristiques comportementales que l’on retrouve chez les femmes et j’ai trouvé l’idée plus qu’intéressante. Adam est un personnage très imposant physiquement, elle nous le décrit comme étant très grand, large d’épaules, musclé et attirant, bien que la dureté de son regard et la façon dont il a d’être froid et disant, n’inaugure rien de bien engageant. Il est très silencieux, solitaire et taciturne mais il se dégage aussi de lui, une colère qui peut effrayer par moments. Violette a été prévenue par sa mère, Adam peut avoir un comportement violent et il ne faut pas le chercher. Nous découvrons au fil des pages qui il est et la façon dont il a de se protéger des autres, ou de protéger les autres de lui aussi. Son comportement intrigue et il nous faut continuer de le lire pour tout savoir de lui, mais c’est un personnage qui a su capturer mon attention dès le départ. C’est fascinant de voir de quelle façon la fragilité d’une vie peut soustraire son personnage à toutes interactions sociales, Adam s’est renfermé sur lui-même depuis tant d’années qu’il est difficile de bien le cerner lorsque l’on se fit aux aprioris qu’occasionne son comportement.

Violette, qu’en à elle, vit ce déménagement dans une nouvelle ville, comme sa seule chance de s’en sortir. Ses rapports avec sa mère ont toujours été tendus, mais elle ne peut plus rester à Avignon et cette école et l’investissement de sa mère pour qu’elle puisse y suivre des études sont un offre qu’elle ne peut pas laisser passer. Elle a vécu des moments difficiles au lycée et sa vie s’est vue prendre un tournant tel qu’elle s’est retrouvée seule du jour au lendemain. C’est quelque chose que nous allons aussi découvrir au fil des pages, pour comprendre comment cette jeune femme populaire a pu se retrouver au rang le plus bas du monde des lycéens. Mais ce n’est pas dans ce premier tome que nous en apprendrons les raisons. Elle reste, bien qu’effacée avant le déménagement, une jeune femme qui a la tête sur les épaules et du cran pour se défendre en cas de besoin. Mais ce qu’elle a vécu, l’a fragilisé, la rendant plus à même d’être touchée par les attaques et les sous entendus. Cela apporte quelques tensions à certaines situations qu’elle va vivre et de nos jours, il est difficile de garder les secrets enfouis, malgré la distance que l’on met avec eux.

Tous deux vont se regarder en chien de faïence, pas moyen qu’ils s’apprécient, tout juste s’ils peuvent rester l’un avec l’autre dans la même pièce. L’ambiance au sein de ce nouveau foyer, constitué par cette famille recomposée, est assez lourde et très vite les sous entendus, les paroles, regards et gestes vont commencer à dévoiler que le malaise est bien plus profond que ce que l’on pouvait imaginer. La découverte de l’un des secrets d’Adam permettra aux deux jeunes personnages, toutefois de se rapprocher l’un de l’autre et ce parce que Violette a su aussi s’imposer face au mutisme d’Adam. Violette a souffert dans le passé et elle sait ce que c’est que c’est de vivre en cachant des faits, elle vit ainsi depuis tous ces mois difficiles qu’elle a passé. Elle n’a pu se confier à personne, tous lui ayant tourné le dos et c’est ainsi qu’elle va au contact quotidien avec Adam, détecter un profond malaise et mal être en lui. Quelque chose qui va, au delà de l’image froide et haineuse qu’il donne de lui, lui permettre de percer petit à petit sa carapace. C’est alors qu’ils vont vivre des petits moments de partage et de soutien qui vont leur permettre de casser cette carapace dont s’entourait Adam. Il va voir en Violette, une alliée et une personne sur laquelle il va pouvoir compter, ce qu’il n’a jamais connu jusque là. C’est à la fois déstabilisant, tout en étant bien agréable mais cela l’effraie aussi car il ne sait pas ce que cela fait de pouvoir compter sur quelqu’un d’autre que lui-même.

La découverte de leur environnement, de leurs familles et de leur passé nous permettra de bien mieux cerner ces deux personnalités. Ce sont deux personnages, détruits pour différentes raisons : par une réputation, par des faits qui ont changé leur vie que nous allons découvrir et je dois dire que dès le début du roman et ce jusque la fin, on reste intrigué par ce qu’ils ont vécu mais aussi par leur comportement un peu en marge de la société. L’image extérieure des personnages va vite se fendiller, que se soit nos deux héros, que ceux qui les entourent, pour dévoiler les véritables personnalités. Dans ce premier tome, nous appréhendons alors les prémices des vérités cachées les concernant, nous happant dans un monde qui les a forgé comme ils sont : c’est à dire, fragilisé dans leur quotidien avec les autres par ce qu’ils ont vécu, mais aussi combattifs et dans cette envie perpétuelle de réussir pour mieux s’affranchir des autres. Il y a beaucoup de souffrances qui les accablent, des souffrances physiques, psychologiques qui régissent leur vie de tous les jours.

C’est un premier tome qui pose les bases et les personnages de cette histoire. Georgia Caldera nous laisse entrevoir des secrets qui ont des répercutions sur le présent des personnages. Si au départ, nous sommes d’abord intrigués par le personnage de Violette, en fin de compte, c’est surtout celui d’Adam qui ici capte principalement l’attention. C’est de lui, que nous allons le plus en apprendre, et ce pour comprendre pourquoi il est ainsi. Violette va alors servir ce personnage, à se dévoiler. Son passé reste donc très flou, bien que certains points nous soient contés par Violette qui se confie un peu à Adam. L’ambiance générale du roman reste donc très suspicieux et la personnalité des personnages ajoute un aspect un peu mystérieux à ce qu’ils vivent. L’ambiance est toutefois par moments lourdes, des conséquences de ce qu’ils vivent et cela nous permet ainsi de bien appréhender les personnages, et l’impact que les actes passés et présents ont sur leur vie. Nous n’avons fait qu’effleurer bien des vérités, elles nous permettent de commencer à bien comprendre les personnages et aussi à générer quelques inquiétudes de ce qu’il pourrait advenir par la suite.

J’ai vraiment hâte de découvrir la suite, de voir de quelle façon cette histoire va évoluer. Georgia Caldera a su suffisamment éveiller notre intérêt pour ses personnages pour nous laisser dans ce besoin de voir ce qu’il va advenir d’eux. Bien des aspects restent flous, tout comme certains personnages et nous avons eu le temps de nous y attacher suffisamment pour avoir envie de tout découvrir d’eux. La situation n’est pas des plus aptes à envisager que tout va bien se passer, je pense qu’il y aura de nombreux rebondissements et bien des vérités devront bien éclater au grand jour à un moment donné. La personnalité fragilisée de ses personnages risque de subir bien des préjudices et encore bien des désillusions, mais leur force les guidera certainement vers les bonnes personnes pour que les choses changent.

J’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce premier opus d’une romance New-Adult intéressante. Le choix des personnalités des personnages est judicieux et fait la différence, rendant ce roman attractif. La plume de Georgia Caldera nous accompagne tout du long pour que ses personnages puissent nous en révéler suffisamment pour que cette histoire puisse vous happer. A la fin de ce premier tome, nous ne restons pas sur notre faim, mais j’ai toutefois hâte de voir ce qu’elle va nous proposer dans la suite de ce roman.

« Ce qui ne te tue pas… » #1 de Georgia Caldera
Editions J’ai Lu le 20/03/2019 : 319 pages

NOTE : 4,5/5


Tome 1 : Ce qui ne te tue pas… (20/03/2019)
Tome 2 : Ce qui nous consume… (15/05/2019)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>