« Bewitched by the darkness » #1 de Micaela Barletta

bewitched-by-the-darkness

Résumé :
Attention : âmes sensibles, s’abstenir !
Méfiez-vous des apparences. Derrière mon charme se cachent de funestes envies. Derrière mes yeux, ce ne sont pas les fenêtres de mon âme qui s’ouvriront à vous, mais bien les portes de mon enfer.
Pourtant, elle, jeune et fragile, l’a deviné au premier regard… alors pourquoi ne s’enfuit-elle pas ? Pourquoi ai-je décidé de l’épargner ?
Caleb
Profession : Tueur en série

 ★ Merci aux Editions Elixyria pour ce SP ★

☆ AVIS DE BELI ☆

⚠️
Avertissement ! 

Âmes sensibles s’abstenir, ce roman comporte des scènes très explicites de tortures et de violences.

Les personnages sombres me plaisent, car très souvent l’aspect psychologique de leur personnalité est très intéressant. C’est ce qui m’a poussé à vouloir lire cette histoire, un tueur en série, une jeune femme innocente qui se laisse amadouer par la personnalité de cet homme, tout était réuni pour me plaire. Ce roman m’avait déjà interpellé lors de sa précédente parution.

Parlons un peu de ce personnage sombre que nous propose de suivre l’auteure. Il est psychologue, Caleb est en couple depuis quelques années avec cette femme avec qui il a passé tant de moments depuis l’adolescence. Ils sont fiancés et exercent tous deux le métier qu’ils souhaitaient, elle, est avocate. C’est le couple parfait, tout semble leur sourire, nous les découvrons ensemble au coeur même de leur vie de couple. Sauf que personne ne sait quelle est la vraie personnalité de Caleb. Caleb, heureux, amoureux de sa femme, pour qui il éprouve du désir, ce qu’il ne ressent pour aucune autre femme de cette façon. Mais il éprouve du plaisir aussi en faisant du mal à des femmes, privées de leur liberté, qui dans la peur, vont lui permettre d’éprouver du plaisir à les faire souffrir. Caleb est un tueur en série.

Cette double personnalité, avec d’un côté celui qui exerce son métier, vit avec sa femme, a des parents normaux et aimants, forme un fort contraste avec le meurtrier en série, qui se délecte de ses crimes. Ici l’auteure nous permet de passer de l’un à l’autre dans la continuité de ses journées. Elles se déroulent comme tout bon citoyen qui va bosser, rentre chez lui… et nous découvrons aussi de quelle façon il traque ses proies et comment il passe à l’action. Certaines victimes sont choisies depuis un moment, tandis que d’autres se font à l’instinct ou selon ce besoin de tuer qui peut se déclencher suite à de multiples raisons. Nous oscillons avec ce quotidien qui bascule soudainement dans l’horreur quand il commet ses crimes, ce qui est parfaitement effroyable c’est de constater à quel point il y prend plaisir et la façon dont il revient dans sa vie de tous les jours normalement, comme si rien ne s’était passé.

Dans ce premier tome, tous les personnages sont campés, il y a ceux qui accompagnent le docteur Caleb, et ceux qui agrémentent le tueur en série en lui. L’auteure arrive en quelques phrases, à nous permettre de connaitre un peu de la personnalité de chaque victime, nous avons aussi bien conscience de la peur qui les animent quand elles se rendent compte de ce qu’il est. La description des scènes de maltraitance, ces moments où son côté sombre domine sont assez bien décrites, nous arrivons à ressentir ce que lui ressent (des fois, c’est dur d’ailleurs) tout comme nous éprouvons bien cette angoisse et toutes ces émotions mêlées à elle que peuvent vivre les victimes. Cela prend aux tripes et nous vivons ces moments avec beaucoup de conscience de ce qui se passe, un peu comme si nous en étions les victimes bien que nous ne soyons que spectateur.

C’est l’introduction d’un personnage féminin, qui va alors changer la donne pour Caleb. Jamais il ne serait attendu à vivre cela avec elle, c’est d’abord une patiente et si au départ, rien ne nous laisse présager la tournure de l’histoire, nous allons découvrir la personnalité de ce personnage. Je vais aller un peu vite, mais j’attends vraiment les suites pour me permettre de porter un jugement sur elle, car j’ai de sérieux doutes sur ses réelles motivations. Ne serait-elle pas aussi machiavélique que lui ? C’est très intriguant et dans ma tête des tas de scénarios se font et je suis curieuse de voir ce qu’il va advenir de cette relation, à la fois malsaine et qui il me semble, va apporter pas mal d’ennuis à Caleb, qui a succombé à l’interdit. Je ne parle pas trop de ce personnage féminin, est-elle ce personnage innocent dont on parle ou pas ? Je vous laisse la découvrir elle et découvrir aussi ce qu’elle est, en tout cas sa venue apporte du piquant à ce récit qui en comporte déjà beaucoup.

Les scènes sont absolument bien décrites, j’ai trouvé que l’auteure allait droit au but et elle n’épargne pas ses lecteurs. Mais avec un personnage tel que Caleb, il ne pouvait pas en être autrement. Je lis beaucoup de romans où les personnages sont sombres et agissent mal, mais je dirai que la façon dont Caleb se fait plaisir, est particulièrement dure à lire. J’ai beaucoup aimé, n’allez pas croire le contraire mais c’est tellement bien détaillé que j’ai envie de dire « Ouah » et « Beurk » tellement on y croit ! C’est pour cela aussi que ce roman ne s’adresse pas à tous, car certaines scènes sont très dures à lire.

Mais malheureusement, il y a quelque chose qui m’a dérangé, ne me permettant pas d’apprécier cette histoire à sa juste valeur. J’ai trouvé qu’il y avait trop de ressemblances avec The Fall (série tv avec Jamie Dornan), pour que je puisse complètement y adhérer. Alors peut être que je me trompe, que ce roman a été écrit bien avant cette série et dans ce cas-là, je m’en excuse ! mais il y a tellement de coïncidences, de références à l’identique ré-appropriées pour les besoins de l’histoire, que je m’y suis un petit peu ennuyée par moments car rien ne m’a alors surpris. Les seuls moments qui m’ont éloigné de la série, furent les scènes de tortures d’une extrême violence. Je ne dis pas alors que le roman n’est pas bon car il l’est vraiment, mais là c’est un ressenti très personnel : cela m’a dérangé de constater tant de similitudes.

J’ai donc toutefois apprécié la plume de l’auteure, qui accompagne dignement son héros machiavélique, noir. Je pense que c’est dans les suites que nous saurons, nous aurons les réponses à nos questions sur ce personnage assez fascinant. Pour tout vous avouer, tout du long de ma lecture, je me suis dite que non je ne lirai pas la suite mais cette coupure à la fin m’a donné envie de savoir ce qu’il va se passer. Il s’y passe pas mal de choses, plus le roman se déroule, plus les prises de risques se font et cela nous rend la lecture encore plus attrayante. Je crois savoir un peu ce qui pourrait se passer, enfin je l’imagine plutôt, disons que ce roman vous pousse à développer toutes sortes d’idées et de scénarios possibles, en cela je confirme que l’auteure a su me captiver. J’ai envie de voir si mes idées sont plausibles ou si l’auteure va m’étonner avec ses propositions, ce que j’espère !

« Bewitched by the darkness » #1 de Micaela Barletta
Editions Elixyria le 15/06/2018 : 137 pages

NOTE : 3,5/5


Série : 
Tome 1 : (15/06/2018)
Tome 2 : à suivre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>