« L’amour, la vie et ma liste » de Kasie West

l-amour-la-vie-et-ma-liste

Résumé :
Abby Turner n’avait pas vraiment prévu que l’été de ses dix-sept ans serait une telle catastrophe. Sérieusement, tomber amoureuse de son meilleur ami Cooper ? Se faire rejeter de l’école d’art qu’elle convoitait tant car son travail  » n’a pas d’âme  » ? Sans compter les problèmes d’anxiété de sa mère qu’elle arrive de moins en moins à gérer…
Il lui vient alors une idée loufoque : La liste.
Abby va se donner un mois pour accomplir dix missions. Morceaux choisis : affronter l’une de ses plus grandes peurs (n°3), écouter l’histoire d’un parfait inconnu (n°5) ou encore tomber amoureuse (n°8). Si elle parvient à compléter cette liste, elle deviendra enfin l’artiste qu’elle a toujours rêvé d’être.
Mais alors que la date fatidique approche, Abby réalise que ces défis sont bien plus complexes qu’elle ne l’aurait imaginé… Et que peut-être, avant de transformer son art, elle devra d’abord accepter de se métamorphoser elle-même.

 ★ Merci aux Editions Hugo Roman pour ce SP ★

☆ AVIS DE BELI ☆

C’est le premier roman que je lis de Kasie West, pourtant j’ai ses autres dans ma bibliothèque ! mais comme c’est son dernier paru et que je dois la rencontrer, il me fallait suivre son actualité donc c’est celui-ci que j’ai lu en premier. C’est Pando qui la lit d’habitude pour le blog, là je lui pique la place pour des questions de calendrier, mais son avis suivra le mien aussi puisqu’elle aime beaucoup cette auteure et a souhaité le lire aussi.

C’est auprès d’une jeune fille que nous allons découvrir ce roman. Abby pour qui nous éprouvons d’emblée de la compassion d’abord car on sait ce que c’est que d’aimer quelqu’un qui n’éprouve pas les mêmes sentiments pour vous, et à son âge, il est dur de se faire violence pour contrôler ce genre d’émotions. Surtout quand la personne en question est son meilleur ami et que l’on doit passer l’été avec lui, et que tant de filles tournent autour de lui. On s’attache alors de suite à ce personnage féminin, éprouvant le moindre pincement de coeur, la moindre émotion qu’elle éprouve. Lui, c’est Cooper, son meilleur ami, sa moitié, c’est avec lui qu’elle passe tout son temps, qu’elle partage tous ses moments, avec qui elle a tant d’habitudes et de rituels. Jeune, sportif, blond, beau, drôle, attachant, charmant, Cooper plait mais il est unique à ses yeux, car il reste celui qui la complète si bien. Mais voilà, elle l’aime d’amour, lui la considère comme sa meilleure amie uniquement, donc elle va devoir oublier ses sentiments pour lui.

Cet été-là, c’est donc un de ses objectifs, ne plus le voir comme celui qu’elle aime, elle se tourne beaucoup vers sa passion, la peinture, à travers laquelle elle aime exprimer ce qu’elle ressent. Elle espère bien intégrer un cursus d’art à l’hiver prochain et pour cela, il faudrait qu’elle expose, et elle compte bien sur une exposition qui aura bientôt lieu dans le musée où elle travaille. Mais c’est alors qu’elle va subir une déception de plus, quand son patron lui dira que ses créations manquent de coeur, de maturité, de vécu. C’est un constat cuisant pour elle, alors que tous autour d’elle lui disent qu’elle est douée. Elle se lance alors le défi de vivre des émotions pour être plus ouverte à pouvoir les exprimer dans ses oeuvres. Cela commence par une liste, la liste de coeur où elle va lister tout ce qu’elle doit ressentir à travers les attitudes que la personnalité de ses proches ont et qu’elle n’a pas. C’est donc avec son acolyte depuis toujours, Cooper qu’elle va se lancer dans ses challenges ! Elle a moins d’un mois pour les réaliser et convaincre son patron de l’exposer.

Nous allons alors suivre son quotidien, rythmé par ses challenges qui lui permettent de vivre quelques petites aventures, comme des entorses à son quotidien, mais qui lui font du bien. Son art s’en ressent, sa façon d’être aussi, elle se découvre et s’ouvre à travers cette expérience. Cooper l’accompagne, mais lui aussi vit d’autres moments au côté d’une autre, et Abby ne peut pas s’empêcher de souffrir de cette proximité qu’il a avec cette fille. Elle tente aussi de s’ouvrir aux autres, fait la connaissance de nouvelles personnes, se rapprochent d’autres mais Cooper reste le plus important pour elle. Tantôt convaincue qu’elle peut l’oublier, tantôt convaincue qu’au contraire, il ne faut pas laisser tomber, elle va osciller entre ses divergences d’opinion. Son été va être mouvementé en émotions, et c’est ainsi qu’elle vivra au jour le jour cette relation d’amitié un peu perturbée par ses sentiments avec Cooper, qui ne se rend pas compte de tout ce qu’elle vit en ce moment.

Cooper est un jeune homme agréable et très sympathique. La complicité qu’il partage avec Abby est touchante et il est très protecteur envers elle. L’un ne peut pas se passer de l’autre et on découvre au fil des pages à quel point ils ont partagé tant de moments ensemble, des moments qui ont consolidé leur amitié. Leur complicité dérange toute personne nouvelle, essayant de s’incruster auprès de l’un ou l’autre, c’est le genre d’amitié fusionnelle qu’ils partagent, qui fait la différence avec d’autres. Abby est la principale narratrice de ce roman, c’est donc à partir de son regard et de son ressenti que nous découvrons tout ce qui se passe dans sa vie. De ses moments passés avec Cooper et d’autres amis, aux instant passés en compagnie de sa famille : son grand-père qui vit avec eux, un personnage très présent et dont elle est proche, sa mère qui semble souffrir d’un mal être qui ne fait que s’accroitre et son père, en mission à l’étranger, absent très souvent et sur de longues périodes mais qui veille au grain à sa façon.

Une première lecture de l’auteure avec laquelle je me suis régalée. J’ai trouvé cette histoire très mignonne, mais aussi très émouvante et touchante. Je me suis plu à suivre cette jeune héroïne qui tente au mieux de faire face à tout ce qu’elle vit. J’aime beaucoup la façon dont Kasie West arrive à trouver une symbolique dans cet art que pratique Abby, cette liste prend vie à travers les moments qu’elle va occasionner pour finir par lui permettre d’exprimer un souvenir, un sentiment à travers ses toiles. L’auteure évoque bien des thèmes récurrents à l’âge des protagonistes et bien plus encore, et ce de façon douce et abordable. Sa plume est bien adaptée à ce type de romance, qui permet d’appréhender les premiers émois et les premières déceptions de la vie des jeunes adultes. Ce fut un doux plaisir à lire !

« L’amour, la vie et ma liste » de Kasie West
Editions Hugo Roman, collection New Way le 14/03/2019 : 332 pages

NOTE : 4,5/5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>