Hell – Magali Inguimbert

Hell

Résumé de l’éditeur :
Est-ce le début d’une nouvelle vie pour Jessie ?
La voilà qui vient s’installer chez la soeur de sa mère, loin de chez elle, bien décidée à échapper aux démons de son passé. Jessie est une rebelle , mal dans sa peau. Elle tranche dans la famille bourgeoise de sa tante, mais peu importe si elle n’y trouve pas sa place, elle a l’habitude.
Elle a bien l’intention de conserver cette attitude également dans son établissement scolaire.
Mais au fil du temps, Jessie va se découvrir de nouveaux amis. Ses cousins déjà, qui la découvrent et l’apprécient sincèrement.
Mais aussi ce garçon, au lycée, qui semble la comprendre mieux qu’elle-même et fait preuve d’une grande patience avec elle. Et puis, il y a ce local, Hell, une salle de spectacle qui accueille des groupes de musique, qu’il faut aménager et relancer. Est-ce que ça pourrait être aussi le lieu où commencera sa nouvelle vie ?

 ★ Merci à Hugo New Romance pour ce SP ★

☆ AVIS DE BELI ☆

J’apprécie lire la plume de Magali Inguimbert, car elle est en mesure de nous faire vivre les émotions que ses personnages ressentent et elle aime que celles-ci nous touchent, voir nous percutent par moments. Dans ce roman New Adult, elle nous propose de découvrir son héroïne, une jeune femme profondément meurtrie qui a décidé de s’isoler du monde, de se retirer dans une carapace physique pour se protéger des autres.

Jessie est une jeune femme qui semble avoir vécu quelque chose qui l’a complètement métamorphosé depuis un moment, elle a tellement changé à la fois physiquement, mais aussi dans sa façon d’être, que même sa mère ne sait plus comment la prendre. C’est ainsi que cette dernière prend la décision de l’envoyer vivre chez sa tante, qui vit en famille dans une belle maison bourgeoise et dans un environnement équilibré et aisé. Pour Jessie, c’est un coup dur car sa mère se débarrasse ainsi d’elle, et elle va devoir se faire à un nouvel environnement, de nouvelles personnes, un nouveau lycée…

Jessie a tout fait et continuer de faire en sorte que personne ne s’intéresse à elle. Pour cela, elle utilise quelques artifices qui la changent physiquement : sa magnifique chevelure blonde est devenue rouge, son corps se cache derrière des vêtements amples noirs et son visage se dissimule derrière un maquillage outrageusement sombre. Des artifices qui montrent bien le mal être de la jeune femme et qui rendent compréhensible le message qu’elle veut faire passer : ne m’adresser pas la parole ! Si quelques personnes tentent de percer le secret de la jeune femme, Jessie reste muette sur ce qu’elle aurait pu vivre, mais on se rend vite compte qu’au delà de cette apparence et de son comportement distant, voir insolant et colérique, elle ne supporte même plus le contact avec les autres. On comprend très rapidement qu’il s’est passé quelque chose de traumatisant dans sa vie, et qu’elle a du se retrouver seule face à cela, dressant cette carapace pour se faire oublier des autres.

L’arrivée de Jessie dans sa famille, une famille aimante, vivante et qui croque la vie à pleine dent, l’agacera plus qu’autre chose, surtout quand sa tante essaye de percer sa carapace, elle qui vit dans un monde où le paraître prime sur beaucoup de choses, l’aspect de Jessie peut en effet être problématique. Elle ne comprend pas ce changement et espère retrouver la Jessie d’avant, même ses cousins avec qui elle s’entendait bien ne la reconnaissent pas du tout. Jessie fera la connaissance de quelques élèves au lycée, mais elle préférera jouer la carte de l’antisociale, espérant que le temps passera vite et qu’elle n’aura pas à côtoyer d’autres personnes, seulement c’était sans compter sur le système scolaire qui apprécie le travail en binôme et sur la persévérance d’un lycéen.

Elle va faire la connaissance d’Austin, un jeune homme plutôt apprécié, populaire, qui mène sa vie comme il l’entend, profitant des instants qui lui sont offerts pour faire la fête tout en gardant en tête ses rêves et ses envies ! Il est tout de suite agréable, appréciable et face au mutisme de Jessie, voir face aux réponses peu aimables qu’elle lui fait, il sera toutefois un peu insistant. Il ne va pas lâcher l’affaire comme la plupart le feront, non il a su déceler en elle ce petit quelque chose qui l’a interpellé et il veut tout connaître d’elle. Il insistera donc, parfois avec maladresse, souvent avec humour mais sans être lourd, et Jessie finira petit à petit par lui céder du terrain mais en laissant toutefois un fossé infranchissable autour d’elle, pas question qui que se soit ne découvre la vérité sur elle.

Nous découvrirons alors d’un côté Austin, ce qui l’aime, ses passions et aussi ce qu’il aimerait faire dans l’avenir. Ce jeune homme est animé d’une envie de réaliser ses rêves qui pousse Jessie à vouloir l’y aider, l’univers qui passionne Austin étant fascinant et enthousiasmant. La bonne humeur, le fait qu’il y croit entraineront Jessie, lui procurant quelques moments d’euphorie sur ce projet un peu fou qu’il est en rapport avec la musique. Ils partageront bien des moments complices autour de la musique, du dessin qu’aime Jessie et aussi de quelques autres univers qui leur permettent de passer du temps ensemble. Petit à petit, la persévérance d’Austin, son obstination et sa patience auront raison d’elle. Si Austin ne cache pas l’intérêt qu’il lui porte, elle ressentira elle aussi quelque chose pour lui, ce qui la déstabilise, bien que cela lui apporte un peu de baume au cœur.

Mais la situation de la jeune femme reste problématique, elle a ce passé qui la hante. Un passé douloureux qui a laissé des traces profondes en elle, et cela restera un obstacle infranchissable pour qu’ils puissent tous deux envisager une relation normale. On découvrira à quel point Jessie a souffert, tout du long de notre lecture, on pourra constater qu’elle est profondément meurtrie et le fait qu’elle n’en ait jamais parlé à qui que se soit ne fait qu’accentuer ce mal être qui la ronge. On aborde alors ce profond traumatisme psychologique qui alors qu’elle envisage de revivre avec Austin, mettra un frein certain à cette réussite. Si lui est prêt à tout pour elle, elle souffre de plus en plus de ce qui la ronge. Magali Inguimbert a su nous proposer ici une palette d’émotions intenses vis à vis de Jessie, on comprend aisément à quel point elle est mal, même si nous devinons ce qu’elle a vécu, nous n’apprenons qu’en temps voulu ce qu’il s’est exactement passé, mais nous aurons eu le temps de voir le désastre causé sur ce personnage qui était si rayonnant et solaire avant de sombrer dans l’obscurité qu’elle dégage aujourd’hui.

Magali Inguimbert nous propose ici une très belle histoire, une histoire d’amour qui devra abattre bien des obstacles pour exister. Le thème du traumatisme psychologique accompagne l’histoire de Jessie et Austin tout au long de ce roman, il reste profond et on devra ainsi tout découvrir mais aussi analyser bien des faits dans la vie de la jeune femme pour tout comprendre. On fait ainsi la connaissance de ceux qui les entourent, de ce que qui comptent ou ont compté à un moment donné. Des amis, de la famille, des connaissances plus intimes, chacun aura un rôle important dans cette histoire. Jessie est attachante, on a envie de lui tendre la main, tout comme le fait Austin. Austin quand à lui, représente bien ce jeune homme aimant et gentil qui aime faire le bien, et qui se donne à fond quand il aime, on l’appréciera d’emblée et on souffrira avec lui quand il constatera le mal être profond de Jessie.

Le récit est englobé dans un univers artistique qui porte ses personnages vers la concrétisation de leurs rêves. Ils vont s’épanouir dans un projet un peu fou, un peu comme l’est Austin par moments, qui se laisse emporter par ses envies, n’imaginant aucunement que rien n’est réalisable. Une petite part de folie dans sa personnalité, qui fera la différence, car c’est celle-ci qui débridera petit à petit Jessie. Elle s’est réellement perdue depuis des années, elle ne sait même plus ce qu’elle attend de la vie, Austin sera sa bouffée d’oxygène et il saura comment fissurer petit à petit la carapace de cette dernière.

Une romance New adult qui répond aux attentes des lectrices du genre, Magali Inguimbert insuffle suffisamment d’émotions dans son texte avec le personnage de Jessie pour que l’on ressente bien ce qu’elle vit. On reconnait bien là sa plume et elle nous offre une histoire qui touchera son lectorat encore une fois. Ce personnage sombre cache une personne qui fut si lumineuse et solaire, son avenir était plein de promesses et il n’aura fallu que quelques instants pour que tout s’écroule. Ici, elle aura la possibilité d’envisager les choses différemment, qui sait peut-être que cette deuxième lui sourira-t-elle ?

Quelques mots sur la couverture, je trouve qu’elle est superbement bien choisie. L’image représente si bien la jeune héroïne de ce roman, même s’il manque un peu de noirceur, il y a toutefois un contraste intéressant entre l’esprit rebelle derrière lequel elle se cache et la douceur du personnage. Le traitement graphique apposé à l’image est superbe, on apprécie les détails des fleurs qui se fondent dans la couverture et cela offre comme une aura de protection, un peu comme cette carapace que tente de dresser Jessie avec le monde extérieur.

Hell 
De Magali Inguimbert
Editions Hugo Publishing
Collection New Romance
Broché 256 pages
Sortie le 26/08/2021

Une réflexion sur “Hell – Magali Inguimbert

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>