Les rêves de nos mères #1 – Carine Pitocchi

les-reves-de-nos-meres-01

Résumé de l’éditeur :
1912
Lady Julia Ashford, dont le mari vient de mourir en la laissant enceinte, se retrouve seule dans l’immense domaine qui est désormais le sien, et se prépare à une vie placée sous le signe du deuil et des devoirs qui incombent à son titre. Mais voilà que son passé revient la hanter – sous la forme de Will Murphy, son amour d’enfance, gangster irlandais régnant aujourd’hui en maître sur l’East End de Londres.
La maîtresse de Longfield Park peut-elle lier son destin à cette figure de la pègre ? Sans doute pas. Tout comme elle ne devrait pas se préoccuper du quotidien de son ancienne domestique, Edna, mariée à un homme violent. Ni encourager sa cousine dans ses engagements suffragistes…
Mais la vie change en Angleterre. Autour d’elle souffle le vent des temps nouveaux, celui des révolutions et du changement social – sans compter cette guerre qui déjà se profile, imminente et terrible…

☆ AVIS DE BELI ☆

En septembre sort le tome 2 à cette histoire, comme j’ai l’intention de le lire, il me fallait d’abord lire celui-ci. Je dois dire que je ne m’attendais pas à tant y découvrir de personnages, d’histoires et contenus, le récit est passionnant et je me suis régalée de cette lecture !

Le récit débute en 1912 à Londres, nous y découvrirons deux familles : celle de la jeune femme, Julia Ashford, la sienne et sa belle famille, et celle de Will Murphy. Deux personnages qui se sont connus jeunes et qui se sont perdus de vue avec le temps. Ils ont pris tous deux des chemins bien divergents et vivent ainsi dans des sphères différentes, et ce sont leurs histoires que nous allons découvrir ici dans ce tome, alors qu’ils ne se fréquentent plus. Julia s’est mariée et il ne l’a plus jamais revu, mais il n’aura jamais cessé de penser à elle, et quand il a pu, il a continué de la suivre de loin pour que rien de fâcheux ne lui arrive.

Will Murphy est le plus jeune de sa fratrie, et pourtant c’est un personnage qui en impose ! Ce que j’ai de suite admiré chez lui, comme chez les autres membres de sa famille, c’est l’importance que celle-ci requiert auprès d’eux. Les liens familiaux sont primordiaux et gare à ceux qui toucheraient à un seul cheveux de l’un d’eux car ils sont prêts à tout pour défendre un frère, une soeur ou un être aimé. Leur fratrie est donc très liée et a des liens très profonds, et on s’en rendra compte tout au long de ce roman, quand ils prendront telle ou telle décision en rapport avec un membre de leur famille. Cette famille règne et est reconnue comme oeuvrant dans l’illégalité sur l’East End de Londres, ce sont des gangsters qui mènent leurs affaires en occupant une place importante au coeur même de la ville. Will reste malgré cette illégalité, un homme bon qui n’aura de cesse de vouloir aider son prochain, faisant de lui un personnage que l’on apprécie d’emblée.

Julia Ashford est la fille de bonne famille appartenant à la haute société, mariée, heureuse et épanouie, seulement voilà elle se retrouve veuve et enceinte. Elle est alors très entourée, jouissant d’une bonne situation auprès de sa belle famille, de son personnel qui l’apprécie beaucoup et de sa famille qui n’est jamais bien loin, ses parents, son frère ou encore sa cousine lui rendant visite bien souvent. Julia est une jeune femme très agréable, et très aimante, elle a du vivre des moments bien douloureux et la perspective de l’avenir sans son mari est bien triste, mais elle reste forte. Elle a su trouver sa place au sein d’une maison où tous lui font confiance et elle saura rebondir et garder un cap certain vers le bonheur qu’elle souhaite malgré tout vivre. Nous l’accompagnons tout du long de sa grossesse, et découvrons aussi quels sont les sentiments et émotions qui l’animent durant de longs mois.

A travers leurs deux personnages, nous découvrirons ceux qui les entourent : les femmes y tiennent une place importante, et nous pourrons alors nous rendre compte de quelles furent leurs conditions de vie. Carine Pitocchi aborde alors bien des thématiques liées à la conditions de vie féminine : violences conjugales, le travail chez les femmes, les grossesses, la libération de la femme… et nous aurons bien des exemples et des histoires à découvrir. Elle a su donner de l’importance à chacune d’elles, de celles qui viennent de milieu défavorisé n’ayant guère le choix que de subir leur vie, tout comme de celles qui bénéficient d’un statut qui leur permettent de s’émanciper et de vivre leur vie comme elles l’entendent. Chacune d’elle aura quelque chose à nous raconter et une leçon à tirer de leur histoire, et j’ai trouvé chaque histoire fascinante et intéressante. A côté de cela, nous avons bien entendu des hommes, les frères des personnages principaux notamment, ou alors ceux qui sont reliés aux femmes que nous découvrons, et eux aussi apportent leur pierre à l’édifice de ce roman.

Les deux personnages principaux vont donc mener leur vie chacun de leurs côtés, mais comme je le disais plus haut, Will n’aura jamais cessé de surveiller Julia, par l’intermédiaire de personnes qu’ils ont en commun notamment. Ce sont des liens qui vont leur permettre de rester relier l’un à l’autre sans même que Julia ne s’en rende compte, et pourtant elle aussi n’a pas oublié Will. ce qui est exaltant, c’est de voir que même en étant chacun de leurs côtés, leurs sentiments sont pures et forts et que tout du long, l’idée de pouvoir voir l’autre ne cesse de croitre. Et pourtant les conditions ne leur laissent guère envisager de voir cette idée se concrétiser. Quel sera le destin de leurs sentiments réciproques ?

Cette histoire sera semée de rebondissements, il va s’y passer tant de choses, tant du côté de Julia que de Will. Ce qui est intéressant aussi, c’est de constater qu’en effet leurs vies différent, mais que du coup nous allons découvrir deux facettes de Londres de cette époque : celle de la haute société et à contrario celle du haut banditisme ! Chacun occultant bien des agissements de personnages malsains et malhonnêtes qui tentent de profiter pour se faire la part belle. Tandis que Julia, se retrouvant veuve, elle va devoir mener sa maison et penser aux lendemains sans mari, ni père pour son enfant, Will est confronté aux risques que sa position impose, face à quelques personnages qui voudront du mal à sa famille. Julia devra mener sa grossesse seule, nous aborderons alors les conditions de vie parfois difficiles de l’époque, tandis que Will se retrouvera à devoir gérer une situation problématique avec la justice.

Le récit est assez prenant, je suis véritablement tombée dedans, et si j’ai adoré le lire, je pense que c’est parce que Carine Pitocchi a cette faculté à nous propulser dans des lieux et des époques avec brio ! C’est un peu comme quand on regarde une très bonne série tv historique, quand les décors, les costumes, l’ambiance, tout est réuni pour que l’on ait l’impression d’y être. Disons que j’ai ressenti la même chose ici, Carine Pitocchi nous décrit tout avec tant de minutie que l’on peut presque tout palper du doigts tellement on a l’impression de vivre cette histoire. Et je dois dire que j’ai beaucoup aimé cela, être transportée en ce début de XXème siècle auprès de tous ces personnages qui ont chacun une histoire, un vécu, quelque chose à partager sur lui. A la fin de ma lecture, je me suis ainsi retrouvée un peu comme quand je finis la saison d’une série tv et que je dois attendre la suite, heureusement du coup que je n’ai lu ce roman que maintenant comme la suite sort le mois prochain !

C’est un roman qui n’est pas très épais, et pourtant il contient tellement d’histoires, de personnages et de vécus. On le commence avec plaisir, en s’intéressant à tous les personnages que nous présente l’auteure, en commençant par les deux principaux qui chacun de leur côté, nous permettent de découvrir tous ceux qui les entourent. Carine Pitocchi ne se contente pas de nous conter ces deux personnages, non elle nous propose aussi d’en découvrir plusieurs autres, dont des femmes aux personnalités et vies variées que l’on prend plaisir à suivre. Le récit monte alors en puissance, car on s’attache et on s’intéresse à tous ces personnages et aux liens qui vont les relier, et il nous devient impossible de lâcher notre lecture, tellement nous sommes happés dans l’histoire. Le roman est aussi placé dans le contexte histoire de l’avant guerre, dans cette Europe qui voit le changement venir et la menace de cette guerre va donc changer bien des choses dans leur vie.

Les rêves de nos mères #1
De Carine Pitocchi
Editions Charleston
Broché 252 pages
Sortie le 10/06/2020


Série Les rêves de nos mères
Tome 1 : Les rêves de nos mères (10/06/2020)
Tome 2 : Les cendres sous les coquelicots (09/09/2021)

les-reves-de-nos-meres-01 les-reves-de-nos-meres-02-les-cendres-sous-les-coquelicots

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>