Les papillons se cachent pendant la pluie de Danielle Guisiano

les-papillons-se-cachent-pendant-la-pluie

Résumé de l’éditeur :
Le hameau de Sivergues n’est pas un lieu comme les autres. Il répare les ailes froissées des papillons après la pluie. Blanche est loin de se douter que le chaos de sa vie la dirige vers une rencontre décisive. Si elle a quelqu’un à découvrir, c’est avant tout elle-même. Quant à Eddy, son taciturne voisin, il trace son chemin, solitaire. Le destin va réunir ces deux âmes à vif.
Entre passé et avenir, leurs vieux démons s’agitent. Rien ne sera facile, pourtant le moment est venu d’ouvrir les ailes pour s’envoler.

 ★ Merci à Danielle Guisiano pour ce SP ★

☆ AVIS DE BELI ☆

Les papillons se cachent pendant la pluie, c’est d’abord la poésie d’un titre, je le trouve très beau, et il prend aussi une belle signification dans le texte. C’est ensuite, une douce et jolie couverture, aux belles nuances de couleurs et qui véhicule un message de bonheur. C’est ensuite un résumé plein d’espoir que nous découvrons, avant de commencer un roman qui nous propose un très beau texte. Danielle Guisiano tient toutes les promesses que l’on a en voulant lire son roman.

Blanche est l’héroïne de ce roman, c’est une jeune femme qui nous est présentée lors d’une courte introduction, enfant, pour ensuite la retrouver adulte. Une présentation qui dès lors nous montre les ravages qu’ont pu avoir des critiques sur le devenir d’une personne. Blanche est devenue une jeune femme carriériste, elle ne voue sa vie qu’à son job et à la réussite, rien au delà de cela ne semble attirer son attention. Nous la retrouvons donc dans sa vie actuelle, munie de sa tenue stricte, très BCBG, maquillée à la perfection, mais toutefois à l’excès pour ne rien dévoiler de ses « défauts ». C’est alors qu’elle est contrainte et forcée de faire une pause, qu’elle va être amenée à quitter la vie trépidante qu’elle mène à Lyon, pour aller se perdre dans le hameau de Sivergues, où elle a hérité d’une maison d’une tante qu’elle n’a jamais rencontré.

Imaginez-vous bien cette jeune femme, citadine, carriériste, sans attache, si ce n’est un meilleur ami gay et un père despotique, qui va devoir s’isoler de tout le confort qu’était le sien pour se remettre d’un excès de boulot, d’ambition et de tas d’autres choses encore. Le choc est rude et il met la jeune femme en perdition, elle va se retrouver face à elle-même et confrontée à un vide qu’elle aura du mal à combler. Blanche s’est perdue au fil des années, elle s’est éloignée de celle qu’elle était, pour coller à ce que la société peut engendrer de personnes formatées, tout comme pour répondre aux exigences d’un père qui ne laisse passer aucun travers. Travaillant dans une société où l’apparence physique est primordiale, elle qui était ronde, elle a du changer son mode de vie pour coller à la bonne image de l’entreprise. Avec cette pause, ce recul, on constate les dégâts que cela a causé dans sa vie, elle n’est plus que l’ombre d’elle-même. Si nous avons très rapidement conscience de cela, nous le percevons à travers ses pensées et ses réflexions, tout comme ses habitudes à la fois, alimentaires et restrictives, mais c’est l’apparition d’un autre personnage qui va nous mettre tout cela en lumière.

Eddy est le personnage masculin de l’histoire, quand Blanche arrive dans le hameau, elle prend possession de la maison de sa tante décédée, mais elle ne reste pas seule bien longtemps, puisque le gens viendront tout naturellement se présenter à elle. Toutefois, cet homme, Eddy, ne fera pas cette démarche, on le lui présentera. Il est le voisin de sa tante, celui qui s’est installé dans le coin, il y a quelques années pour trouver le repos de son esprit et de sa personne. L’arrivée de Blanche, provoquera chez lui, bien des remous et il constatera à quel point, elle est loin d’être celle qu’elle était avant. Ce qu’elle est aujourd’hui, lui déplait et l’effraie mais comment rendre à la jeune femme, une vision d’elle-même différente de ce que les autres attendent d’elle. La complexité de leurs rapports sera d’autant plus énigmatique, car Eddy cherchera d’abord à la fuir, pour ensuite tenter de l’approcher plus subtilement, ce qui mettra la jeune femme en porte à faux, avec ce qu’elle pense ressentir, alors qu’elle n’est là que pour un temps bien défini, sans espoir de rester.

Ce roman, nous conte donc leur histoire à tous deux, en tant que relation de couple, qui s’instaure le temps d’un séjour. Mais à travers cette relation, il nous conte surtout cette perspective de renouveau et de reconstruction qui va s’opérer sur ces personnages. Danielle Guisiano nous présente des personnages aux personnalités différentes, mais qui pour plusieurs d’entre eux, ont vécu des moments douloureux et se sont perdus, loin de ce qu’ils étaient. Cet isolement, le fait de se retrouver face à eux-même, leur permettra de mettre en lumière bien des vérités. Mais cela ne se fera pas sans heurts et difficultés. En lisant ce récit, nous sommes confrontés aux démons de Blanche, qui vont parfois faire écho en nous, nous rappelant que les diktats de la société sont souvent plus que déroutants et peuvent engendrer bien des déboires. Cette jeune femme nous est d’emblée touchante et attendrissante, tellement ce qu’elle vit est déroutant et la rend fragile, bien qu’elle veuille prouver le contraire avec ses attitudes.

Leur passé n’est pas sans rappeler, que ce qu’ils sont découle souvent de ce qu’ils ont vécu. Si un enfant a grandit en s’entendant dire que son physique n’était pas aux normes, on peut être sur que cet enfant, une fois adulte, ne s’apprécie jamais. C’est déchirant de constater à quel point des mots peuvent marquer et engendrer un rapport à soi-même qui n’a pas lieu d’être. Blanche sera toute sa vie confrontée à son physique, à ce physique qu’elle n’accepte pas et elle aura des attitudes dangereuses pour parfaire aux attentes des autres vis à vis d’elle. Beaucoup d’entre nous, sauront facilement s’identifier à ce mal être qu’elle éprouve, et ce récit, c’est une façon d’offrir un espoir que l’on peut passer outre cette idée que l’on a de soit, c’est un texte plein de beaux messages qui peut aider et encourager ceux qui en ont besoin.

C’est donc l’histoire d’un couple, mais avant tout l’histoire de plusieurs personnages que nous découvrons ici. Celle de Eddy, de Blanche, mais aussi celles de ceux qui les entourent : des personnes âgées qui vivent dans ce hameau, tout comme des plus jeunes qui ont eux aussi ressenti ce besoin de se reconstruire. Le temps de ce récit, ils ont su se présenter à nous, suffisamment pour que nous nous attachions à eux et chacun d’eux aura son rôle à jouer dans l’histoire de Blanche et Eddy, bien plus que l’on ne le croit. Danielle nous les présente avec beaucoup d’authenticité et de naturel, confrontant Blanche à des personnes qui sont loin d’être celles qu’elle côtoie dans sa vie de tous les jours. J’ai été touchée par certains d’entre eux, par ce qu’ils apportent à Blanche tout naturellement, l’accueillant à bras ouverts alors que la jeune femme ne s’attendait pas à être constamment sollicitée de la sorte.

Les lieux requièrent aussi leur importance, Danielle les connait bien puisque c’est de sa région qu’elle nous parle, le Luberon, et cela se sent. Elle en parle avec amour, dévotion et elle arrive à nous y emmener et à apprécier la simplicité des lieux, qui fait écho à ses personnages qui y vivent. Quand je parle de simplicité, c’est pour souligner l’impact certain de la différence avec les grandes villes, où la vie ne se déroule pas de la même manière. Les lieux sont beaux et donnent envie d’être découvert, un peu comme si nous marquions sur une carte tel ou tel lieu cité, dans l’espoir un jour de nous y rendre pour retrouver ce qu’à travers ses mots, Danielle Guisiano nous a conté.

C’est un très beau texte que nous dévoile ici, Danielle Guisiano, qui met en lumière la façon dont tout être peut un jour se perdre dans les méandres de la vie. Suite à un traumatisme, suite à la recherche de la perfection, suite à une désillusion ou encore après la perte de d’un être cher, tant de situations qui mettent à mal l’équilibre d’une personne. Quand cet équilibre est rompu, lorsque l’on est au delà de ce que l’on peut donner, lorsque l’on se sent perdu dans cette recherche de quelque chose,  les personnages ici même en exemple, se sentent complètement démunis face au vide qui les assomme. Le texte est rythmé par les révélations, les prises de conscience, la peur que cela occasionne et il est porteur d’un très beau message, que tout être a le droit d’être heureux.

Un titre, une couverture, un résumé et un texte qui vont si bien ensemble ! Ce n’est pas toujours le cas, et ici je trouve que c’est important de le souligner que tout a été conçu à partir de l’histoire de Danielle, et j’adore ce si bel ensemble. C’est ce tout qui fait de ce roman un joli et doux coup de coeur.

Les papillons se cachent pendant la pluie
De Danielle Guisiano
Auto-Editions
Numérique 293 pages
Sortie le 01/07/2020

pcc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>